Les 700 merveilles du monde – La Laguna Cuicocha

Aujourd’hui je vous présente l’une des nombreuses merveilles de la nature dont regorge ce pays assez méconnu qu’est l’Équateur.

Ce pays, travaillé par les forces souterraines de la plaque tectonique pacifique s’enfonçant sous la plaque continentale sud américaine, est barré du nord au sud par l’impressionnante allée des volcans.

Arrivant par le nord, tout à coté de la ville d’Otavalo (dont on vous parlait de son marché traditionnel ici), nous découvrons l’entrée de cet alignement de géants avec l’Imbabura ( 4630 m) et le Cotocachi (4944 m).

L’impressionnant Imbabura

Nous décidons donc de partir nous balader autour de la « Laguna Cuicocha », lac aux eaux d’un bleu saisissant formé dans un ancien cratère perché à plus de 3000m d’altitude. Ce fut notre première balade sur un volcan et une découverte époustouflante ! Une véritable merveille du monde !

Formée par une explosion du volcan Cotacachi en -1100 avant J.C., à une époque où seuls des peuplades de chasseurs cueilleurs commençaient à peupler la région, cet immense cratère s’est remplie d’eau au fil des siècles, créant un magnifique lac aux eaux turquoise, d’où émergent des pointes de laves refroidies formant aujourd’hui des petites îles.

On se sent petit face aux forces de la nature !

Petit schéma des différentes couches de laves formant ces volcans

Un magnifique chemin de randonnée permet de faire le tour de cette « Laguna » en suivant les bords du cratère, tout en donnant des points de vue incroyables sur le noir sommet du Cotacachi, qui perce les nuage tel une proue de navire.

La randonnée en elle-même se fait sur un chemin plutôt facile, voire tranquille… si on excepte l’altitude ! En effet le départ se fait à 3100m, et on monte jusqu’à 3600m. On a donc vite le souffle cours et les montées demandent un véritable effort. Et attention au mal des montagnes si vous n’êtes pas acclimaté.

Les flancs du volcan Cotacachi et de la Laguna Cuicocha abritent aujourd’hui l’une des réserves naturelle les plus riches du monde, avec plus de 2000 espèces de plantes différentes !

La diversité de la flore que nous avons croisée lors de cette balade est stupéfiante, entre les végétations rases d’altitudes, les cactus adaptés aux climats secs et les plantes endémiques des vallées humides, tout cela sur quelques kilomètres carrés.

Il y a par exemple 6 espèces d’orchidées qui ne vivent que sur les flancs de ce cratère.

Cette orchidée pourpre ne se trouve qu’au bord de ce lac !

Faire le tour ce cet immense cratère tout en voyant la cime du Cotacachi qui s’enroule dans les nuages a quelques chose de grandiose et merveilleux.

Le nom Cuicocha vient du quichua « Kuykucha », qui signifie littéralement « lac du cochon d’Inde », d’après la forme du plus grand îlot central.

Vu d’ici c’est sensé ressembler à un cochon d’inde !

Ce n’est pas étonnant que l’ancien nom Quichua fasse référence au cochon d’Inde, en effet dans l’Amérique du sud précolombienne il n’existe ni vache, ni cochon, ni ovins, ni caprins, ni chevaux, ni volailles… Les seuls animaux qu’il est possible d’élever pour un apport en viande sont les cerfs ou les lamas, qui ont tout 2 des épouvantables caractères et sont quasiment impossible à maintenir en captivité. Le cochon d’inde est donc une bénédiction pour les peuplades indigènes puisqu’il est facile à élever, consomme très peu de nourriture et que sa viande est riche en protéine. Pas étonnant qu’il prenne une place importante dans le folklore amérindien.

Les fesses du cochon d’Inde !

D’ailleurs le lac a été considéré comme sacré par les populations indigènes, sans que l’on sache quand cela a commencé, et est encore vénéré aujourd’hui dans le folklore local. En effet chaque année au solstice d’hiver se déroule l’Inti Raymi, la fête du soleil (Inti est le dieu soleil des Incas, divinité la plus importante du panthéon) célébrant le renouveau des jours longs. Les shamans viennent célébrer cette fête en faisant des ablutions rituelles dans le lac Cuicocha et des offrandes au Dieu Inti.

La plate forme d’offrandes au soleil

En tout cas, il devient évident que les Indigènes aient toujours considéré ce lac comme sacré quand on en fait le tour. La quiétude de ses eaux turquoise dans cet écrin grandiose que leur offre le cratère de cet immense volcan, dont la pointe noire domine les eaux, ainsi que la diversité et la beauté sauvage de la nature environnante rendent cette balade inoubliable.

Pour y accéder il suffit de prendre le bus à partir de la gare routière d’Otavalo en direction de Cotacachi et de s’arrêter à Quiroga (sur la place centrale). Ensuite les plus courageux monteront la route qui mène au lac à pied (3 bonnes heures), les autres prendront un taxi pour 4$ ou feront du stop. La rando en elle même se fait en 4/5h et ne présente pas de difficulté à part l’altitude.

On en a profité pour descendre ces petits cadeaux faits par des randonneurs irrespectueux ! Ça ne coûte rien et ça dissuade les suivant.

A bientôt pour de nouvelles merveilles !

 

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

6 réponses sur “Les 700 merveilles du monde – La Laguna Cuicocha”

  1. T’es photos sont magnifiques ! Merci pour ce partage ! C’est fou on ne dirait pas que vous êtes à plus de 3000m. d’altitude avec toute cette végétation !

    J'aime

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s