Afrique Maroc

Maroc – Essaouira, la médina mystérieuse derrière les remparts

Premiers pas sur le continent africain pour nous au cours de ces 2 semaines au Maroc, si près de la France, et pourtant tellement différent, bienvenue dans un pays aux milles et une nuits ! Pour lire le début des aventures, c’est par ici.

Après une brève arrivée à Marrakech, nous voilà de nouveau sur la route direction Essaouira au bord de l’Atlantique.

◊ Premier arrêt : Essaouira

3h de route entre Marrakech et Essaouira nous aurons permis un bref aperçu des terres marocaines, caillouteuses, où les arganiers épineux apportent une ombre bienvenue. Nous sommes arrivés à l’entrée d’Essaouira en fin d’après-midi et nous sommes installés au Camping des Oliviers trouvé sur la route vers Essaouira en partant de Marrakech avant de rentrer complètement dans la ville. Comme nous étions tout seul dans ce camping très joli avec plein de fleurs partout, nous n’avons pas résisté à l’envie de piquer une tête dans la piscine du camping pour nous rafraîchir !

Et tandis que la fraîcheur du soir tombait, nous sommes partis à la découverte d’Essaouira à la lumière du soleil déclinant derrière les remparts.

Arrivés par la route qui longe la mer, nous avons profité de cette immense plage silencieuse, totalement vide à cette saison, où la brume commençait à tomber rendant flou les contours fantomatiques des quelques transats et parasols persistants. Au loin, nous pouvions apercevoir les remparts de la médina.

Les remparts, près d’une des portes accédant à la médina

◊ A l’intérieur de la médina

Tandis que les lumières des lampadaires dispersaient un halo incertain, nous sommes entrés dans la médina par une des immenses portes qui percent les remparts datant du XVIIIe siècle comme on ferait un voyage dans le temps : la brume qui se faisait épaisse ce soir-là rendait mouvant les contours de chaque bâtiments et chaque silhouette se dessinant devant nous. Les petites lumières colorées des échoppes encore ouvertes à cette heure-ci semblaient flotter et nous appeler à la découverte.

Ce soir-là et un bout de la matinée du lendemain, nous avons pris un plaisir infini à nous aventurer dans les rues labyrinthiques d’Essaouira à la recherche d’épices rares, de tapis volant ou d’une lampe magique exerçant tous nos vœux. La saison touristique étant quasiment terminée, les vendeurs fatigués nous regardaient simplement passer devant leurs boutiques sans trop nous alpaguer. Les multiples tapis multicolores ou enseignes grinçantes au gré du vent accrochées tout autour de nous ne cessaient d’apporter encore un peu plus de mystère à l’ambiance que nous avons trouvé si particulière d’Essaouira.

Les chats sont des vraies stars pour nos photos !

Nous avions lu partout qu’Essaouira est le Saint-Malo du Maroc et il faut dire que l’enchevêtrement de ruelles pavées derrière ces hauts murs de pierres a un charme fou qui fait effectivement penser à cette ville fortifiée. Toutefois, autant la plage brumeuse et venteuse a des allures de Bretagne, autant, lorsque l’on accède à l’intérieur des remparts, on laisse complètement tomber toute évocation avec des crêpes caramel au beurre salé pour découvrir un univers envoûtant d’épices et de senteurs où les chats se frayent un chemin entre les voiles de tissus aux couleurs vives pour rejoindre des cachettes secrètes entre les pierres, et où l’on sert du thé à la menthe dans chaque échoppe.

Bien sûr, on trouve également beaucoup de boutiques qu’on appelleraient « boutiques à touristes » où l’on doute assez rapidement que la plupart des produits vendus proviennent vraiment du Maroc. Mais ce n’est pas non plus ce qui nous a choqué, on trouve également de vraies boutiques de produits locaux ou d’artistes qui font bien vite oublier les autres.

◊ Les souks aux 1000 merveilles

En s’enfonçant toujours plus loin dans la médina, on parvient ensuite aux différents souks répartis le long de l’avenue Mohammed Zerktouni : le souk Jdid, le souk des bijoutiers, le souk des poissons et épices, le marché aux grains… Et là, pour le coup, on semble laisser complètement de côté la partie « touriste » pour entrer réellement à l’intérieur de la ville telle que la vive les marocains. Nous avons eu l’impression d’être les seuls étrangers le matin où nous avons découvert ces souks, à regarder partout autour de nous, totalement émerveillés par l’ambiance effervescentes des centaines de personnes faisaient leurs courses, négociant avec les commerçants pour acheter des olives marinés, des poulets vivants, du poisson pêchés du matin.

Le long de l’avenue Mohammed Zerktouni

En s’aventurant dans le souk des bijoutiers, on retrouve un instant le calme de ruelles recouvertes de faïences bleues, blanches et jaunes et on peut admirer les trésors des petites boutiques ombragées. Le midi, nous nous sommes trouvés une toute petite cantine avec 3 tables en bois sur une petite place pour manger, boire un thé et continuer d’apprécier la magie de cet univers si nouveau pour nous.

Le quartier des bijoutiers tout en faïences bleues et blanches

◊ Le port

Mais je crois que ce qui nous aura le plus marqué à Essaouira, c’est l’activité de son port au petit matin. Nous sommes tombés dessus par hasard, nous n’avions pas fait attention plus que cela à ce que nous allions découvrir à Essaouira. Mais le lendemain matin de notre arrivée, en marchant le long de la plage, au lieu d’entrer de nouveau dans la médina, nous avons été attiré par les hautes grues du port que l’on discernaient au loin et nous avons décidé de poursuivre notre chemin dans cette direction.

Il faut savoir que le port d’Essaouira est un des plus grands du Maroc et que le matin, au retour des bateaux, on est sûr d’y trouver une activité intense !

A l’entrée du port

Et les chats qui attendent patiemment leur tour

Nous avons longés les remparts de la médina, nous rapprochant de plus en plus des quais où d’innombrables bateaux de pêches déchargeaient leur cargaison, voire la vendaient directement aux passants sachant déjà ce qu’ils voulaient. A mesure que nous avancions, la foule s’est amplifiée et nous nous sommes retrouvés au milieu d’un véritable marché à ciel ouvert où les poissons encore frétillants sont aussitôt vendus et emportés dans des cabas et où les cris des vendeurs et des acheteurs s’entremêlaient dans le vent. Des dizaines de chats se faufilaient au milieu des caisses en bois ou en polystyrène à l’affut du moindre bout de poisson jetés ou tombant par terre tandis que les mouettes préféraient s’en prendre directement aux bateaux en tournant de façon menaçantes au dessus des caisses multicolores empilées sur les ponts glissants.

 

Nous nous sentions assez peu à notre place au milieu de cette foule fascinante car malheureusement, nous ne comptions pas acheter de poissons ! Nous avons donc pris de la hauteur au dessus du morceau de remparts protégeant le port de l’océan pour continuer à observer les allées et venues de tous les gens faisant le marché sans les déranger.

Les cabanes de pêcheurs

La vie du port est fascinante, faites de milles petits détails toujours en mouvement, en action, les mines et les regards sont sérieux car ici on vient pour les affaires, l’atmosphère est prenante, brûlante, les odeurs sont fortes mais atténuées par le vent de la mer, les mouettes jacassent, les chats rôdent et les marchants sont convaincants.

En accédant de nouveau à l’intérieur de la médina, nous avons eu une impression encore différente sur Essaouira en voyant à quel point le port et les souks draine toute son énergie permettant au reste de la ville d’arborer cet air endormi et mystique sous la brume.

Nous avons délaissé Essaouira peu après midi, lorsque les derniers acheteurs traînaient encore à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent, pour poursuivre notre route le long de la côte ouest, direction la plage de Sidi Kaouki !

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

1 comment on “Maroc – Essaouira, la médina mystérieuse derrière les remparts

  1. Hello ma belle! En effet l’ambiance a l’air très particulière, mais comme c’est beau! Merci de partager ça avec nous! Le souk devait être impressionnant ! Hâte de lire tes prochains posts! des bisous ❤

    J'aime

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :