Maroc – La côte Nord de plages en plages

Après Essaouira, notre ambition était de longer la côte ouest jusqu’à Agadir, sans étapes préparées à l’avance, dans le but de découvrir tout ce bout de côte sauvage où la route se retrouve bordée par les falaises d’un côté et par les champs de l’autre, en nous laissant porter par la curiosité pour des noms de villages aux consonances étranges.

Cet article raconte un voyage antérieur au tour du monde que nous sommes en train d’accomplir mais étant prêt à la publication, je me suis dit qu’il méritait tout de même de l’être ! Désolé pour le côté un peu décousu !

Premiers pas sur le continent africain pour nous au cours de ces 2 semaines au Maroc, si près de la France, et pourtant tellement différent, bienvenue dans un pays aux milles et une nuits ! Pour lire le début des aventures, c’est par ici.

Et c’est partiiii !

Notre premier arrêt n’était tout de même pas un hasard puisqu’il s’agit encore d’un lieu considéré comme faisant parti d’Essaouira à seulement une trentaine de kilomètres de celle-ci : la plage de Sidi Kaouki.

Ne vous attendez pas à y découvrir une petite station balnéaire, des commerces, des vendeurs en tout genre ou même un hameau, tout l’intérêt de Sidi Kaouki ne réside que dans sa plage, mais quelle plage ! Une véritable plage sauvage de sable blond tirant sur l’orange et qui semble s’étendre sur plusieurs kilomètres.

Non, vous ne rêvez pas. Il s’agit bien de chèvres dans un arbre !

La route principale (la N1), ne passant pas au bord, il faut prendre une petite route secondaire pour y accéder, ce qui permet de préserver son caractère calme et sauvage. Hors saison comme nous avons l’habitude de voyager, elle était quasiment vide à l’exception de quelques surfeurs téméraires (car l’eau y est assez froide, entre 10 et 15°), et d’un marocain proposant des balades à dromadaires (il nous a d’ailleurs suivi sur la plage l’air de rien sur quelques mètres dans l’espoir que nous allions changer d’avis et faire une petite promenade !). Mais cette plage doit très probablement être beaucoup plus remplie en saison puisqu’elle bénéficie de conditions de vents et de marée très particulières en faisant un spot très connu de surf et de kite-surf pour les professionnels (les courants peuvent être dangereux et les vagues très hautes) !

Il faisait tout gris ce jour-là… les photos ne sont pas fameuses !

Nous avons passé un petit moment sur cette plage, nous éloignant toujours plus des quelques personnes la partageant pour nous retrouver complètement seuls, entre les dunes, la mer et le vent frais aux odeurs de sels. Scrutant le sable à la recherche de coquillages brillants ou de morceaux de bois flotté, dans cet endroit aux aspects quasiment lunaires, on perdrait presque la notion du temps qui ne semble n’être plus mesuré qu’au nombre d’aller et retour des vagues sur le sable.

Point de rencontre du mouvement hippie dans les années 70, cette plage a donc gardé son caractère « cool » et sauvage, loin des plages plus familiales ou la baignade est surveillée. De nombreuses balades à cheval et dromadaire sont également proposées pour pouvoir profiter de ce paysage d’un autre point de vue.

Et c’est ce type d’ambiance, tout droit hérité des années 70 et des images californiennes de surfeurs de longboards transportés par les vagues dans des endroits paradisiaque et reconverti dans les années 90 avec l’arrivée des kite-surf et la démocratisation du surf que nous avons retrouvé tout au long de cette côte marocaine. Si nous avions imaginé trouver cela ici ! Moi qui imaginait le Maroc comme un désert de sable où de grandes cités aux bâtiments en pisé s’élèvent comme des oasis, je n’imaginais pas avoir cette sensation de bout du monde que l’océan parvient à créer, dormir en écoutant le bruit des vagues et  me rafraîchir dès le matin par une petite baignade salée !

Attirés par ce type d’univers, nous nous sommes également arrêté à la plage d’Imsouane cachée très soigneusement derrière de grandes montagnes caillouteuses qu’il faut traverser sur une petite route en lacet. Le simple fait de se rendre à cette plage est déjà une aventure !

Une mer de nuages sur au sommet des montagnes dominant Imsouane… incroyable !!

Contrairement à Sidi Kaouki, Imsouane a déjà plus l’aspect d’une ville car on y trouve petits restaurants, bars et boutiques de plage et de surf. Lorsque nous y sommes arrivés, du monde se promenait dans les rues, et une des petites plages protégées de rochers étaient remplie à la fois de surfeur mais aussi de pêcheurs rangeant leurs filets. Nous nous sommes assis sur le petit muret qui borde la plage pour regarder avec émerveillement d’un côté les surfeurs tentant de dompter les vagues, et de l’autre les pêcheurs de retour de leur journée de travail tentant de dompter leurs filets.

Des enfants jouent au football sur la plage d’Imsouane

Les surfeurs côtoient les bateaux de pêches

Quelques boutiques à Imsouane dont un surfshop

Je ne saurais vous citer le nom des autres villes dans ce style là, mais globalement, c’est un peu l’esprit de toutes celles se trouvant sur ce bout de côte et n’étant pas encore trop envahies par les grosses chaîne d’hôtels. Si comme nous, vous vous trouvez un camping (nous nous sommes arrêtés au Camping Terre Océan près de Taghazout) en bord de plage, vous aurez le délice de pouvoir vous baigner dans la piscine du camping sous les arganiers puis de passer la soirée sur la plage déserte et sauvage, magnifiquement entourée de rochers pour voir le coucher du soleil. C’est quand même assez parfait !

Après un crochet par la Vallée du Paradis (qui fera l’objet d’un autre article), nous avons terminé notre découverte de la côte nord marocaine en débarquant à Agadir. Nous ne portions pas Agadir dans notre coeur avant même d’y avoir mis les pieds à cause de sa réputation d’immense station balnéaire trop touristique. Nous y sommes donc arrivés quelque peu sceptiques mais avec toutefois l’envie de voir à quoi elle ressemble.

Finalement, nous nous y serons attardé que 2h, Agadir n’aura pas réussi à nous conquérir ! Ravagée par un tremblement de terre dans les années 60, la ville a été entièrement reconstruite à neuf selon les normes parasismiques obligatoires et est désormais la plus grande station balnéaire du Maroc. Très portée sur le tourisme, Agadir a totalement perdu son architecture marocaine au profit d’une urbanisation plus « européenne » : de grandes avenues pour les voitures et de grands ensembles tout blanc essentiellement occupés par des étrangers. Autant dire qu’après avoir découvert des villes fortifiées aussi mignonnes qu’Essaouira (bien qu’également très touristique mais ayant réussi à conserver un caractère plus authentique), ou des bords de côte totalement sauvages et déserts, débarquer sur la plage bondée et regardée de haut par les grands immeubles remplis de logements à moitié occupés, nous a laissé de marbre. Peut-être avons nous été trop dur avec cette ville et il est vrai que nous n’avons pas du tout pris le temps d’explorer le centre-ville, mais sur le moment, Agadir n’était pas ce que nous recherchions.

Connaissez-vous Agadir ? Avons-nous louper quelque chose ? Qui a-t-il à y découvrir ? Votre avis nous intéresse !

Après un petit saut au supermarché pour recharger nos provisions, il était temps de quitter la côte pour filer tout droit vers l’Atlas. Prochain arrêt, Taroudant !

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

6 réponses sur “Maroc – La côte Nord de plages en plages”

  1. Je ne connais pas du tout le Maroc mais ça donne envie de découvrir ce beau pays! C’est tellement particulier avec le sable fin et les barques posées à même le sable! J’espère y aller un jour! des bisous ❤

    J'aime

    1. Nous n’avons pas essayé le camping sauvage, je ne peux donc pas te répondre ! Seulement, les endroits que nous avons traversé étaient très désertiques, ça reste compliqué de trouver un endroit abrité, à l’ombre pour pouvoir camper !

      J'aime

  2. On va passer 3 semaines au Maroc, mais je pense qu’on ne descendra pas en dessous d’Essaouira (nous arrivons et repartons de Marrakech). Mais tes photos sont belles, même avec un ciel gris, ça donne même du charme.
    J’espère que vous « kiffez » votre tour du monde !!

    J'aime

    1. Merci beaucoup Aurore ! Ahaha oui on kiffe, y’a pas de doutes 🙂 J’espère que tu passeras un super beau moment au Maroc ! N’hésites pas à me partager tes impressions à ton retour !

      J'aime

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s