Nouvelle-Zélande – Milford Sound, féérie sous la pluie

Pour une petite ambiance musicale en plus, c’est par ici !

De ce petit interlude au calme du Lac Mavora, nous retrouvons la « civilisation » en abordant Te Anau, l’une des villes les plus au sud-ouest de l’île du sud de la Nouvelle-Zélande, là où les fjords viennent tellement découper la côte qu’on ne sait plus très bien où l’on peut mettre les pieds.

Nous sommes partis le 15 septembre 2018 pour un voyage d’un an et demi en Amérique du Sud, Océanie et Asie du Sud Est ! Voici notre récit en Nouvelle-Zélande. Pour lire le début des aventures, c’est ici.

Te Anau se situe au bord du lac Te Anau (jusque-là, on est pas trop perdu !). Il s’agit d’une petite ville, avec une jolie mais minuscule rue piétonne et quelques points d’intérêts comme son parc aux oiseaux, qui est gratuit et qui propose des tours guidés le matin où des employés du DOC viennent nourrir les oiseaux et vous les présenter.

Nous avons adoré ce parc où nous avons pu voir différentes espèces endémiques et exceptionnelles de Nouvelle-Zélande comme le Kaka ou le Takahe. Clément a prévu de vous présenter toutes ces espèces un peu bizarres dans un article dédié !

Le très beau Kaka !

Les étranges Takahe

Petite information toutefois sur la région qui a son importance : nous avons découvert avec stupeur qu’il peut tomber jusqu’à 7m d’eau par an autour de Te Anau et du Milford Sound. 7m ! Nous ne nous en sommes toujours pas remis. Par comparaison à Brest il pleut en moyenne 1m40 d’eau par an… Ça laisse songeur…

Nous débarquons donc à Te Anau en milieu d’après-midi, le temps pour nous de passer nous installer au camping payant (top 10 Holiday Park), qui se situe en face du lac et non loin du parc aux oiseaux. Nous n’avons pas d’autres options puisque les premiers campings gratuits sont à une trentaine de kilomètres de là. Nous ne disons également pas non à un peu plus de confort : douche chaude et pièce commune pour s’installer au chaud ! Nous nous renseignons sur la météo des prochains jours : de la pluie, de la pluie, plein de pluie, toujours de la pluie. Dans ce pronostic très humide, la journée du surlendemain s’annonce tout de même un chouilla mieux (de gentilles douches plutôt que des sceaux d’eau !). Nous décidons donc de nous accorder une petite journée de repos !

◊ Journée Pluvieuses à Te Anau

Là où en Amérique du Sud, nous alternions entre périodes très actives (randonnées, grosses découvertes) et périodes plus calmes qui permettaient de recharger les batteries, nous avons un rythme beaucoup plus soutenu en Nouvelle-Zélande.  Les journées s’enchaînent rapidement… laissant parfois peu de temps pour réaliser où nous en sommes ! A trop enchaîner de choses, on perd parfois le côté exceptionnel du moment présent ! Ainsi, au bout de 8 mois de voyage, nous avons éprouvé le besoin de simplement profiter de rester « à la maison » et de prendre le temps de lire, faire de la musique ou travailler sur l’ordinateur, un peu comme ce que nous aurions fait, un dimanche pluvieux en France. Et pour nous, ces moments participent tout autant au voyage ! Nous avons également profité d’une vraie douche chaude et illimitée pour nous remettre de l’hiver qui commence définitivement à s’installer sur la Nouvelle-Zélande.

Nous n’avons d’ailleurs pas été les seuls car nous avons passé la journée aux côtés de deux allemandes, bien au chaud sous leurs plaids comme nous et nous souriant de manière entendue lorsque la pluie se déchainait au dehors.

◊ En route pour le Milford Sound

C’est donc frais et reposés que nous sommes repartis le lendemain ! De plus, en partant de notre camping, la pluie s’était arrêtée, laissant un ciel gris mais peu menaçant et une ville lessivée mais bien active. Alors que sommes-nous donc venus voir dans le coin ?

A partir de Te Anau part une route d’une centaine de kilomètres permettant de s’enfoncer dans cette partie de l’île découpée aux ciseaux à cranter jusqu’au Milford Sound, un impressionnant et magnifique fjord entouré de montagnes. A partir de là, apparemment une des expériences les plus incroyables de Nouvelle-Zélande serait de profiter d’une croisière en bateau (sur une journée) sur le fjord pour profiter de ce paysage incroyable ou bien, si l’humidité ne vous rebute pas, de réaliser le Milford Track, un trek de 55 km sur 3 jours.

Notre expérience va peut-être un tout petit peu vous décevoir puisque nous n’avons fait aucune de ces deux expériences incroyables ! Plusieurs raisons à cela : 1) bien que « tout le monde » dise que faire la croisière sur le fjord serait LA chose à faire, cette expérience a un prix que nous n’étions pas prêts à mettre pour pouvoir en profiter. Cela nous paraissait très beau, oui, mais pas forcément une des choses les plus dingues que nous comptions faire dans notre voyage ! 2) La randonnée autour du Milford Sound demande tout de même une sacrée motivation quand on considère la pluviométrie de la région…

Ouaip…

Nous étions partis à la base pour faire au moins une des randonnée à la journée du coin (la bien nommée Gertrude Saddle), mais vous l’aurez compris, la pluie, encore elle nous a découragé (surtout que la Gertrude Saddle peut s’avérer périlleuse par temps glissant !). Du coup… nous avons simplement fait la route jusqu’à Milford Sound, le minuscule village situé tout au bout et d’où partent les bateaux qui sillonnent le fjord. Cela peut paraître un peu dommage vu d’ici… mais attendez de voir la suite !

Nous effectuons donc les premiers kilomètres de cette route relativement sec, tout contents de se dire que nous allions pouvoir profiter de la vue sur le fjord sans pluie. Ahaha, nous étions peut-être un peu trop optimistes ! Au bout d’1h un rideau de pluie s’est de nouveau refermé sur nous et ne nous a plus quitté jusqu’à la fin. Nous nous sommes donc armés des vestes et pantalons de pluie pour faire les quelques petits arrêts le long de la route qui offrent des points de vue sur la forêt humide dans laquelle s’enfonce la route menant au Milford Sound. Nous y retrouvons d’immenses fougères, des arbres tous tordus où la pluie dégouline en cascade, de la mousse vert fluo et un enchevêtrement de lianes, de branches et de lichens.

La route vers le Milford se poursuit en s’enfonçant entre deux immenses parois rocheuses, grises et menaçantes. Lorsqu’une vue dégagée le permet, nous découvrons que des dizaines de cascades dévalent le long de ces parois, comme si un géant était venu éclabousser le haut des montagnes. L’image est saisissante, puissante et abrupte. Il paraît que par temps sec, il n’existe que 3 cascades officielles qui dévalent les flancs de la montagne ; nous avons bien du mal à y croire lorsque nous découvrons ces véritables rideaux d’eau qui tombent de plusieurs mètres au-dessus de nos têtes !

Nos mines déçues du mauvais temps se rallument instantanément. La route, la pluie, le froid, en valent la chandelle. Rien que pour ces images d’une nature indomptable, belle et forte. Nous avons l’impression d’être dans un monde complètement à part, dominé par ses propres lois, sur une échelle de temps totalement distordues ou ce sont le passage des nuages et la pousse des arbres qui décident.

Nous parvenons au bout de la route, au tout petit village de Milford Sound qui se termine par l’embarcadère pour le bateau parcourant le fjord. Nous le voyons d’ailleurs au loin, image floue brouillée par la pluie, qui fend les eaux du fjord tant qu’il peut pour se rapprocher des immenses parois rocheuses grises qui se perdent dans la brume. Le reste du fjord se perd dans un brouillard épais et ne nous laisse que deviner sa majesté. Nous sommes heureux de le découvrir de cette façon sous son aspect le plus sauvage et le plus naturel (puisque la pluie est son habitude !).

Quelques pauvres âmes baissent la tête sous la pluie qui ne s’arrête pas et se réfugient dans le petit centre des visiteurs pour un café. Nous ne nous attardons pas plus longtemps et refaisons chemin inverse, vers Te Anau, profitant de l’ambiance de plus en plus sombre qui descend sur les montagnes avec le coucher du soleil.

Conclusion : Voir le Milford Sound sous la pluie est quasiment… obligatoire semble-t-il ! Du coup, si la pluie vous rebute, mieux vaut passer son chemin… en revanche si ce genre de vision de la nature vous attire, il s’agit bel et bien d’un endroit qui possède sa propre magie ! Nous sommes également preneur de tout avis de personnes ayant réalisés la fameuse croisière ou bien le trek du Milford Sound !

Autre petite info : il faut compter 2h de route entre Te Anau et le Milford sound si on roule sans s’arrêter… et donc sans trop profiter ! Les nombreux petits points de vue dans la forêt tout au long du trajet valent vraiment le coup et il faut compter une bonne journée pour faire l’aller-retour sereinement !

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

8 réponses sur “Nouvelle-Zélande – Milford Sound, féérie sous la pluie”

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s