Sydney en quelques quartiers

Il est temps de vous parler un peu plus en détail de Sydney ! La ville la plus peuplée d’Australie (plus de 5 millions d’habitants) a toujours eu une place particulière dans notre imagination. Qui n’a jamais vu d’images incroyables de son opéra posé au milieu de la baie de Sydney ou ne s’est pas mis à se retourner la tête face à un globe terrestre après les JO de 2000 pour voir où pouvais bien se situer cette ville si lointaine ?

Bienvenue à Sydney !

Dans la continuité de notre enthousiasme pour notre arrivée en Australie, nous avions bien du mal à croire que nous venions bel et bien de mettre les pieds dans cette ville et que nous allions voir en vrai et non sur une petite photographie, son fameux opéra. Nous avons visité Sydney sur 3 courtes périodes : à notre arrivée en Australie entre 2 visites de vans, nous y sommes repassés un mois plus tard le temps d’un très court arrêt pour accueillir à l’aéroport notre amie qui nous a rejoint pour 2 semaines mais nous y sommes revenus quelques jours à la fin de son séjour afin de découvrir la ville ensemble et enfin, quelques jours juste avant notre départ de l’Australie. Nous vous proposons donc en un seul article tous ces petits morceaux de Sydney que nous avons découverts au fur et à mesure !

Sydney CBD

Cet article commence par là… car c’est là que nous avons entamé notre découverte de Sydney ! Sans vraiment d’idée d’itinéraire, nous sommes sortis un peu au hasard à la station Town Hall et avons déambulé, le nez en l’air pour observer les bâtiments, dans l’idée de rejoindre l’Opéra de Sydney (il était facile de se donner un tel but !). Notre première impression a été de ne pouvoir s’empêcher de faire le lien d’une telle ville avec New York !

Et plus particulièrement avec le sud de Manhattan, ce quartier plus ancien où les traces des premières années de la colonisation s’y font sentir. A Sydney, nous avons retrouvé en effet de grands et magnifiques bâtiments en pierre de style néo-classique avec de hautes fenêtres, des verreries, des portes colossales, entouré d’autres bâtiments plus modernes en verre et métal. Le tout nous a donné une impression de sérieux, de pouvoir, et nous a fait tenter d’imaginer comment le développement de Sydney et sa colonisation ont pu avoir lieu.

Nous sommes finalement tombés sur une des grandes artères passantes de Sydney, large avenue bordée de restaurants sur le pouce et de bureaux de tabacs. Toutefois, il faut tout de même avouer que Sydney paraît bien plus calme que sa comparaison américaine ! Peu de voiture, peu de monde pressé dans les rues, l’ambiance paraîtrait presque être celle de vacances. Nous sommes ensuite arrivés tout droit sur le Royal Botanic Garden de Sydney !

Royal Botanic Garden

Nous avons presque passé 2h au sein de ce parc, oubliant complètement la notion du temps, tant à cause de sa taille gigantesque, que du nombre de choses différentes qu’il y a à y découvrir ou du fait que les rues commerçantes de Sydney, avec toute la vie qui les caractérisent, semblent être bien loin ! Nous avons véritablement eu l’impression de ne plus être tout à fait dans une si grande ville.

L’entrée des jardins se caractérise par de grandes sentiers serpentant entre d’immenses pelouses où se mêlent carrés de fleurs ou arbres majestueux. Nous nous faisons doubler par de nombreux joggeurs, certains avec une poussette devant eux, ou des familles. Ici, marcher sur les pelouses et s’accrocher aux arbres est tout à fait autorisé !

Au cœur du jardin, nous découvrons le Calyx, une sorte de petit hall d’exposition très design, ouvert sur une jolie terrasse où on peut prendre un café ou déguster une pâtisserie tout en observant des ibis, ces gros oiseaux avec un énorme bec recourbé déambuler entre les tables. Lors de notre visite, le Calyx proposait une exposition temporaire et gratuite sur les plantes carnivores. Dans un petit hall, nous pouvions observer diverses plantes, certaines minuscules, d’autres vers lesquelles on n’oserais pas approcher la main, et comprendre les différents mécanismes et pièges qu’elles peuvent mettre en place pour se nourrir.

Les fameux Ibis !
La serre aux plantes carnivores

A côté du Calyx, se trouve un petit morceau de forêt native. On quitte les grandes allées bien dessinées du parc pour rejoindre un sentier beaucoup plus étroit, presque recouvert par la végétation qui devient tout à coup dense et sombre. Nous avons véritablement eu l’impression de découvrir une mini-forêt, complètement autonome, au milieu du parc. Des petits panneaux permettent de découvrir le nom des différentes espèces de fougères géantes ou d’arbres tordus.

Le plus immense Magnolia que vous verrez dans votre vie !

Un peu plus loin, nous tombons sur l’ « Aboriginal experience », une exposition passionnante sur le peuple aborigène qui peuplait la baie de Sydney avant l’arrivée des colons. Et il y a encore bien d’autres espaces de ce type au sein des jardins et nous sommes loin d’en avoir faire le tour ! Ce qui nous a vraiment impressionné est le nombre d’espèces végétales aux formes et couleurs incongrus dont nous n’avions bien sûr aucune idée, mais également le nombre d’oiseaux qui se baladent un peu partout dans le parc ! Entre les ibis, les cacatoès blanc à crête jaune et autres oiseaux étranges…

Le fameux cacatoès !

Enfin, nous quittons le couvert des arbres pour rejoindre la longue promenade en lacet qui suit les contours de la baie de Sydney… jusqu’à l’opéra !

L’opéra de Sydney

Comme pour nous faire apprécier d’autant plus la surprise, nous avons mis une bonne heure à marcher le long de la baie où défilent les joggeurs sur terre et les petits bateaux de plaisance sur mer, avant d’arriver au pied de l’opéra. La promenade est super agréable et permet de prendre le temps d’apprécier d’être dans un si bel endroit ! L’opéra se rapproche petit à petit, devenant de plus en plus réel.

A la sortie du jardin botanique
Au fond : le Harbour Bridge, autre emblème de Sydney

Lorsque l’on découvre un monument ou un lieu dont on a tant entendu parler, il y a toujours une petite pointe d’appréhension à l’idée d’être déçus, de découvrir que ce n’était pas si beau, si grand, si impressionnant que ce que l’on nous en avait dit ou que ce que l’on s’était imaginé. Eh bien, je vous rassure tout de suite, ce ne fut pas le cas pour l’opéra de Sydney ! Nous avons véritablement été conquis par son architecture en coquillage (certains y voient plutôt un voilier) spectaculaire et par les 1000 autres petits détails que l’on découvre en s’approchant de plus près !

Il est là !

Imaginé par l’architecte Danis Jørn Utzon, la construction de l’opéra a été réalisée entre 1958 et 1973. Je vous laisse les mots de Utzon qui en parle sans doute de la meilleure des façons :

 « Au lieu de faire une forme carrée, j’ai fait une sculpture. J’ai voulu que cette forme soit un peu une chose vivante, que lorsque vous passez devant, il se passe toujours quelque chose, vous n’êtes jamais fatigué de la regarder se détachant sur les nuages, jouant avec le soleil » (Jørn Utzon).

Il est difficilement descriptible d’expliquer à quel point, sans trop savoir comment, l’opéra s’ancre parfaitement dans son environnement et met véritablement en valeur le Bennelong Point faisant de ce panorama, l’une des images les plus célèbres de notre siècle. Deux niveaux de terrasses permettent de s’en approcher et de prendre un peu de hauteur sur la baie pour profiter de la vue sur le Harbour Bridge, en face, presque aussi célèbre que l’opéra lui-même. De grandes parois vitrées permettent de découvrir d’impressionnants halls en bois, dans des teintes chaudes, très années 60, en grand contraste avec le blanc étincelant des tuiles de céramique extérieures et du bleu de la baie.

Tout en céramique !
A l’intérieur de l’opéra

Nous n’avons malheureusement pas pu nous offrir de visite ou de spectacle à l’opéra, mais c’est certainement quelque chose d’exceptionnelle à faire ! En revanche, nous avons passé des heures là, tantôt à observer le détail de sa structure de tuiles donnant une texture si particulière à ces immenses coquillages, tantôt en admirant la baie, le Harbour Bridge et les navettes la traversant pour rejoindre un autre quartier de Sydney.

A partir de l’Opéra, on peut rejoindre le quartier de Sydney CBD en longeant un morceau de la baie où s’alignent des bars avec terrasse, de quoi siroter un cocktail en admirant la mer ou le Harbour Bridge. Pas mal !

Lower North Shore : Luna Park

Tout au bout de ce morceau de baie, on peut également monter dans l’un des bateaux qui réalisent la navette entre le sud et le nord de Sydney, traversant la baie. La traversée ne coûte qu’une poignée de dollars et permet de s’approcher d’encore un peu plus près du Harbour Bridge et de découvrir une autre facette de l’Opéra de Sydney, de quoi s’en mettre encore plein les mirettes, à consommer sans modération ! La navette fait plusieurs arrêt le long de la baie et nous sommes descendu à la première, Milsons Point, juste sous le Harbour Bridge : Le Luna Park.

Eh oui, il y a un véritable parc d’attraction au beau milieu de Sydney ! Mais attention, n’allez pas imaginer un parc d’attraction tout moderne, tout l’intérêt de ce parc (à notre sens) repose dans son grand âge et son histoire : ouvert dans les années 30, il a notamment été le refuge des soldats lors de la Seconde guerre Mondiale, qui y trouvaient un lieu où amusement rimait avec bagarre et prostitution.

L’entrée du Luna Park… Histoire de se mettre tout de suite dans l’ambiance !

La réputation du parc a toutefois fini par s’assagir, mais l’ambiance « rustique » des attractions lui donne un côté presque effrayant (on ne peut s’empêcher de penser aux clichés de films d’horreur qui se déroulent dans ce type de parc) ! Et la grande porte d’entrée symbolisée par une immense tête avec de grandes dents renforce ce côté « froid dans le dos ! ». Nous l’avons visité de nuit, lorsque le lieu est déserté et que toutes les attractions sont fermées à part quelques miroirs déformants disponibles dans l’allée et ajoutant à l’étrange du lieu. Les petites lumières créant de drôles d’ombres sur les montagnes russes ou la grande roue sont envoûtantes et l’impression est d’autant plus fortes lorsque l’on vient du centre beaucoup plus agité de Sydney pour se retrouver seuls ici !

Nous avons longé le parc jusqu’à son extrémité ouest pour rejoindre les bords de la baie où l’on trouve un petit port de plaisance, les lumières des immeubles alentour se reflétant dans l’eau qui clapote près des coques de bateau. J’ai trouvé que cet endroit avec quelque chose de magique par son calme et l’impression d’être dans une petite ville de bord de mer et plus du tout au milieu de l’immense Sydney !

Nous sommes ensuite remontés par le Wendy Whiteley’s Secret Garden, un magnifique parc tout en pente avec des petits bancs cachés entre les arbres dans de toutes petites allées et qui offre une vue magnifique sur la baie de Sydney… Et là, nous avons dû nous arrêter quelques temps car Clément devait passer un entretien d’embauche ! Il s’est donc retrouvé là à sortir son ordinateur, assis sur un banc, éclairé par un lampadaire, se remettant instantanément au fuseau horaire du travail français. Eh oui, il faut savoir s’adapter !

Avec une vue pareille, on ne peut qu’être inspiré !

Newtown

Revenons au sud de Sydney pour vous parler du quartier de Newtown ! Ambiance complètement nouvelle, on quitte le centre d’affaire de Sydney et ses endroits les plus emblématiques comme sa baie et son opéra pour plonger dans un des quartiers branchés de la ville !

Ici, ce sont plutôt des étudiants que l’on croisera, des dizaines de boutiques d’occasion, de vinyles ou d’antiquités, des bars, des restaurants associatifs ou des galeries d’arts. L’ambiance est colorée, chaleureuse, éclectique et créative. Nous avons pris beaucoup de plaisir à flâner dans les friperies (certaines largement abordables, d’autres beaucoup plus chics), dans les boutiques d’affiches ou de bijoux complètement originaux ou dans les librairies de Newtown. Nous avons également découvert la cantine « Lentils as Anything » dans laquelle nous sommes retournés plusieurs fois et que nous ne pouvons que vous recommander !

Une veste vintage ?

Lentils as Anything n’est pas un restaurant comme les autres puisqu’ici, on paye ce que l’on veut à la fin ! Il s’agit d’une cantine associative qui propose chaque jour un menu avec 2 ou 3 choix de plats végétariens à partir de produits récupérés sur les marchés/supermarchés. Le principe est que l’on peut donner ce que l’on veut à la fin : rien du tout, une petite contribution, le prix de son menu (indiqué, il est généralement autour de 10$) ou plus si on souhaite contribuer pour les personnes qui n’ont rien pu donner. Car l’idée de cette cantine est de permettre à tout le monde de bien manger et de se retrouver dans un lieu convivial. Nous y avons croisé à la fois des personnes visiblement très pauvres, voire à la rue, que des personnes âgées seules venant y chercher un peu de réconfort, des ouvriers, des étudiants ou des groupes d’amis à la pointe de la mode.

Si les serveurs sont bénévoles, les cuistots sont pour leur part tous des réfugiés venant chercher un vie meilleure en Australie : Philippins, Bengladais ou Rohingas du Myanmar ayant échappés aux mailles du filet très serré de la politique migratoire Australienne – l’une des plus dure du monde – et à la case camps de rétention des migrants sur une île du pacifique. Cela leur offre l’opportunité d’avoir un job et un appui pour lancer leur vie ici. Et pour nous cela offre la découverte d’une cuisine mêlant des saveurs absolument incroyables !!

Le menu de Lentils as Anything

En dehors de King Street, la rue principale de Newtown, on se promène dans des rues plus calmes et résidentielles où de grands eucalyptus viennent ombrager les murs colorés. On y retrouve toutefois l’âme artistique qui caractérise le quartier par des installations dans les petites cours ou accrochées aux balcons !

Bondi Beach

On continue la visite des quartiers branchés ! La première fois que nous nous sommes rendus à Bondi Beach, c’était pour visiter un van. Cela faisait seulement quelques jours que nous étions arrivés, nous avions bien sûr entendu parler de cet endroit mythique de Sydney, mais nous ne nous attendions pas à se retrouver plonger aussi vite dans la culture australienne ! Depuis notre airbnb au sud de Sydney, après 2 métros, nous prenons finalement un bus à la station Bondi Junction. Il traverse Bondi avant de rejoindre tout droit sa plage, où il nous dépose, juste devant.

La plage de Bondi

Et là, imaginez un peu : un croissant parfait de sable blanc bordé par la mer de Tasman, bleu turquoise, nous rappelant presque les reflets du lagon et puis aux 4 coins de la plage des surfeurs et surfeuses ! Sur la plage, enfilant leur combinaison ou s’échauffant, dans l’eau sur les premiers mètres, les débutants qui prennent des cours et découvrent les rudiments des take off (se mettre debout sur la planche) et de la rame, plus loin, quelques âmes isolées qui cherchent à se perfectionner et enfin, très loin, assis sur leur planche dans l’attente de LA vague, une interminable ligne de surfeurs/surfeuses experts qui se battent pour prendre une des immenses et parfaites vagues bleu qui vient s’étaler sur des kilomètres jusqu’à la plage. Nous nous serions presque crus dans une série télé du style « Surf à Malibu » tant le fait de découvrir ce que l’on entend parler depuis toujours, presque devenu cliché, existe pourtant en vrai et est tout aussi beau en vrai que ce que l’on voulait nous faire croire.

Et bien sûr, le bar de surfeurs !

Nous avons pris le temps, le laissant filer, de longer la plage d’un bord à l’autre tentant de se persuader que le sable sous nos pieds était bien réel, ça y est, nous étions en Australie. A l’autre bout de la plage, sur la droite, on rejoint la piscine ouverte de Bondi où le bassin principale est presque à la hauteur de la mer. Ainsi, les vagues viennent de temps en temps submerger les bords de la piscine et créer des remous pour les nageurs. Nous nous sommes offerts l’entrée de cette piscine (9$ pour un adulte) quelques semaines plus tard, avec notre amie, afin de graver ces dernières images australiennes tous ensemble dans nos têtes. C’est assez incroyable de se retrouver au bord de la piscine comme au milieu de l’océan mais attention, l’eau est à température de la mer, il ne faut pas être frileux !

En dehors de sa plage, Bondi Beach est également un agréable petit quartier qui donne véritablement l’impression de ne plus être à Sydney du tout, mais dans une autre petite ville de bord de mer. Sur quelques rues s’alignent des cafés, restaurants, boutiques de vêtements et boutiques d’occasion, le tout avec un côté très cool, très « plage », très hipster, très australien. Pour en faire un tableau résumé : vous pourrez ici vous offrir un Macha Latte vert crémeux sur une grande table de restaurant en bois de récup en lisant quelques magazines sur le surf avant de vous décider à acheter un skate-board d’occasion. Les prix sont bien sûr plus élevés que ce que l’on pourrait trouver dans des quartiers moins branchés mais nous ne les avons pas non plus trouvé prohibitifs en comparaison à ce que cela aurait donné si nous étions dans un des quartiers les plus branchés de Paris par exemple ! Ici, le temps ralentit, on prends plaisir à trainer dans les rues, du sable accroché entre les orteils, à flâner dans les boutiques d’occasion et à se détendre. Bondi Beach a bien sûr un côté assez superficiel, presque « trop beau » comme dans les magazines, d’ailleurs nous nous sommes bien amusés à rire du spectacle d’un shooting photo sur la plage d’un mannequin tentant de faire la publicité… d’un yaourt à boire ! Eh oui !

Vous voulez du yaourt ?

Quartier The Rocks

Enfin, nous terminons notre visite de Sydney par un quartier à l’ambiance encore très différente et qui nous a énormément plu : The Rocks !

Ce quartier se trouve quasiment en dessous du Harbour Bridge, en face du Luna Park de l’autre côté de la baie et de l’Opéra de l’autre côté du port d’où partent les navettes traversant la baie. Il s’agit du plus ancien quartier de Sydney et tient son nom des premiers bâtiments qui avaient été construits en grès. A l’origine quartier mal-famé, fréquenté par les marins, les prostitués et les gangs, il s’agit aujourd’hui d’un quartier touristique où l’on trouve bars et restaurants.  

Vue depuis L’Opéra de Sydney : de l’autre côté, sous le Harbour Bridge, The Rock

Toutefois, assez rapidement on peut quitter le brouhaha de la vie nocturne de Sydney pour s’enfoncer un peu plus loin dans le quartier : par des petites cours ou des escaliers dérobées où la curiosité nous pousse, nous prenons un peu de hauteur, passant derrière les cuisines des restaurants pour découvrir la facette plus ancienne de ces bâtiments. Les vieilles pierres de mélangent alors en toile de fond avec les buildings de Sydney CBD et avec le Harbour Bridge. Véritable échappatoire au milieu de l’agitation urbaine, nous avons même réalisé des entretiens d’embauche dans une de ces petites cours !

Enfin, la visite de Sydney ne saurait être complète sans une traversée du Harbour Bridge et un dernier regard sur la baie !

La traversée du Harbour Bridge

En espérant que cette visite de Sydney vous a plu, on vous embarque dans notre van pour notre prochain épisode, en route vers les plages australiennes !

Si vous voulez être au courant des dernières news, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s