Australie – les spots de surf de la côte est (pour débutant)

Pour une petite ambiance musicale en plus, c’est par ici !

Les provisions sont rangées dans le van, les bidons d’eau sont pleins, les planches de surf sont bien accrochées sur le toit : il est l’heure pour l’aventure ! Nous avons passé presque 3 mois en Australie et pourtant, la partie que nous avons explorée ne représente qu’une infime parcelle de l’immense territoire australien (6ème plus grand pays au monde) !

En route avec Turtle !

Nos aventures australiennes ont été rythmées par 3 périodes : les 3 premières semaines, nous nous sommes promenés le long de la côte est jusqu’à Byron Bay (777 km de Sydney), puis retour à Sydney par « les terres », en passant par Tamworth, histoire d’avoir un aperçu de la campagne australienne ! A Sydney, nous avons retrouvé une de nos amies proches qui a embarqué à bord de notre van pour 2 semaines avec nous ! La deuxième période s’est donc faite à 3 et nous sommes montés jusqu’à Port Macquarie (400 km de Sydney) sur la côte est et sommes revenus à Sydney 2 semaines plus tard, après un petit crochet par les Blue Mountains, afin de laisser notre amie reprendre son avion. Enfin, il nous restait alors 3 semaines avant de quitter l’Australie, nous avons donc exploré le sud de Sydney cette fois, longeant la côte jusqu’à atteindre Canberra.

Comme nous devions repasser par Sydney régulièrement, nous avons choisi de prendre le temps d’explorer les alentours, faisant autant d’arrêts sur la côte que nécessaire. Nous avons ainsi renoncé à partir à la découverte de Melbourne ou de Brisbane, par exemple car nous n’avions aucune envie de rouler pendant des jours et des jours simplement pour atteindre notre but ! Eh oui, toute la problématique d’explorer l’Australie est là : le pays est immense ! C’est assez inimaginable. Nous avons eu l’impression de rouler pendant des heures et des heures sans avoir beaucoup avancé ! Nous avons alors pris conscience que pour pouvoir découvrir les autres endroits bien connus de l’Australie (monter jusqu’à la grande barrière de corail par exemple ou découvrir la Great Ocean Road), il fallait soit beaucoup de temps devant soi (lorsque l’on voyage en van), soit prendre l’avion ! Et on ne parle même pas d’aller voir le désert ou la côte ouest ! Nous avons ainsi la sensation que l’Australie est restée assez mystérieuse à nos yeux car nous n’avons vu qu’un tout petit morceau que ce que le pays promet !

Nous vous proposons d’attaquer le récit de nos aventures australiennes par le détail des différents spots de surf de la côte est que nous avons testé ! En effet, notre voyage a été largement rythmé par cela, l’envie de s’arrêter quelque part le long de la côte souvent liée à la possibilité de surfer un peu. Pour rappel : Clément et moi sommes tous les deux débutants, nous avons donc cherché les plages accessibles pour notre niveau. Notre bagage technique est également assez faible donc nous pourrons vous parler de nos impressions plutôt que de vous donner beaucoup d’informations factuelles ! Ne voyez donc pas cet article comme une liste des 10 meilleures spots d’Australie, mais plutôt un aperçu de notre road-trip australien, de l’ambiance générale de nos journées et de notre joie de partager quelques uns des mythiques spots d’Australie !

Nous avons bien sûr eu le bon goût d’acheter de la crème solaire violette !

Nous avons fait ce que nous avons pu pour mettre le plus de photos en lien avec l’article mais nous avons bien souvent laissé les appareils photos se reposer tranquillement dans le van pendant que nous allions vers les vagues la planche sous le bras, ce qui est bien compréhensible ! D’ailleurs pour ceux qui se demandent : nous avions une petite boîte secrète pour cacher les clés du van avec un gros aimant qui se plaçait sous le véhicule pour pouvoir partir le cœur léger 😉

Newcastle – Nobbys Beach

Premier arrêt à Newcastle à 160km de Sydney ! Nous ne nous attarderons que peu dans la ville de Newcastle, qui en dehors du simple plaisir de se promener dans ses rues ensoleillées et de découvrir quelques boutiques sympa (boutique de surf, de vêtements, de vinyles, etc), nous intéresse moins que la plage de Nobbys Beach ! C’est ici que nous décidons d’étrenner pour la toute première fois nos planches de surf. Nobbys Beach est la plage principale de Newcastle. Il s’agit d’un spot bien connu de longboard et adapté aux débutants. L’accès à la plage est pratique et bien aménagé (parking, douches et toilettes disponibles) et même si on ne vient pas surfer, la petite promenade jusqu’au phare vaut le détour !

Sur le parking, en plein séchage de l’équipement !

Nobbys Beach est connue pour sa belle et longue vague gauche (une vague qui déferle toujours dans le même sens, au même endroit, de la même manière). Nous n’y avons toutefois pas eu accès car la vague se trouvant relativement loin de la plage, il faut une bonne motivation pour passer la barrière de vagues et la rejoindre ! De plus, elle est fréquentée par d’autres surfeurs, il faut donc attendre son tour… Du coup, nous nous sommes simplement amusés dans les mousses (parfait pour remettre le pied au leash si on peut dire !), mais n’avons pu réellement progresser plus que cela, les vagues vertes cassant beaucoup trop tôt et fort pour nous. Toutefois, il faut tout de même signaler un évènement assez magique : alors que nous redoutions les requins… ce sont des dauphins qui sont venus nous dire bonjour ! Les voir nager au loin (au niveau des autres surfeurs) sur cette magnifique plage australienne est un bonheur incommensurable !

Coffs Harbour – Diggers Beach

Nouveau jour, nouvelle plage : à un peu moins de 400 km au nord de Newcastle, deuxième arrêt à Coffs Harbour ! La plage de Diggers Beach se décompose en deux morceaux, séparés par la Diggers Head, une petite pointe de terre. La plus petite au nord, offre une belle vague douce et régulière… mais un peu trop proche des rochers à notre goût ! Toutefois, nous avons pu tout de même trouver notre bonheur sur la plage plus au sud ! Nous débarquons de bon matin à la plage, il n’y a qu’un seul autre van sur le petit parking de la plage. Nous enfilons rapidement les combis, étalons copieusement de la crème solaire sur nos pommettes, et partons plein d’enthousiasme la planche sous le bras ! Le contraste du blanc éclatant de la plage de sable et de l’eau incroyablement bleu et turquoise à l’infini de l’océan nous surprend à chaque fois. Nous oublions bien vite la fraîcheur des premiers pas dans l’eau tant notre bonheur de nous retrouver ici sans autre soucis dans la tête que d’essayer de progresser un peu en surf est palpable. On peut définitivement appeler ça la belle vie !

On vérifie que les planches sont bien attachées…
Accès à la plage de Coffs Harbour

2h plus tard, complètement rincés (ce n’est pas peu dire), nous finissons pas sortir de l’eau, la planche semblant un peu plus lourde qu’à l’aller dans nos bras fatigués. Nous prenons une rincette d’eau glacée rapide sous les douches de plage, rinçons les planches et préparons les sandwichs de midi. Nous sommes devenus experts dans l’art de créer des sandwichs originaux, il faut, nous en mangerons presque tous les midis pendant 3 mois ! Concombre, surimi, houmous, tomates séchées, fromage blanc, les idées ne manquent pas. Une petite sieste en écoutant le bruit des vagues… et il est déjà 17h, l’heure de trouver un endroit où passer la nuit !

Pendant que l’un nettoie les planches…
…L’autre prépare les sandwichs d’après l’effort !

Byron Bay, la fameuse !

Byron Bay, nous voilà !

Quand on pense à l’Australie, au surf et à ses plages côtières, tout un tas d’images assez clichées nous viennent en tête… sauf que ce n’est pas du tout cliché, c’est bien la réalité, du moins ici à Byron Bay ! Jamais une ville ne nous avait tant donné l’impression de sortir d’un film sur le surf ! La réputation des plages de Byron Bay a commencé à se forger dès les années 60 avec une arrivée massive de longboarder venant profiter des 3 spots de surf principaux : the Clarkes Beach, the Wreck et Tallow Beach. Puis dans les années 70, Byron Bay est devenue le centre névralgique de toute une communauté hippie, donnant à la ville ce côté cool et alternatif.

Les années 70 sont toujours là !

La ville n’est pas très grande (5 000 habitants) et tout peut se faire à pied. Au centre-ville, on trouve des boutiques de vêtements (surf et hippie), des librairies (livres de surf, yoga, de développement personnel, de médecine alternative etc), des petits cafés à l’ambiance cool et cosy, des restaurants vegan, le tout avec une touche à la fois hippie et hipster, des bijouteries de bracelets en macramé, des herboristeries et pas mal d’arts de rues !

Les rues de Byron Bay

Malheureusement, on ne peut pas dire que tout ceci soit très abordable, nous en aurons surtout goûté l’ambiance ! Certains apprécieront énormément cette petite ville baba-cool et étonnante (bien qu’un chouilla superficielle, avouons-le) quand d’autres n’y verront que de la poudre aux yeux destinée à vendre des fringues hors de prix aux touristes – la vérité est sûrement un peu entre les deux !

Clément n’a pas du tout apprécié cette ville justement. Pour lui le culte de l’apparence et la superficialité son reine dans cette ville où nous avons pu observer des jeunes filles louant des planches de surf pour uniquement se prendre en photo avec sur la plage et où tout le monde se met un peu spectacle et s’observe mutuellement. Les prix sont hallucinants et il semble que les valeurs hippies se soient diluées depuis longtemps dans le culte de l’argent roi. On vous laissera juge selon votre sensibilité.

Parlons des plages maintenant ! Sur la plage principale de Byron Bay, on trouve 2 spots de surf très connus : The Clarkes, au sud et The Pass, au nord près des rochers. De The Pass part une magnifique vague qui déroule tout en douceur sur plusieurs kilomètres (jusqu’à Clarkes Beach). Elle a toujours la même  fréquence, la même force, la même forme… c’est le rêve de tout surfeur ! A part à Mompiche en Equateur où nous nous sommes amusés comme des petits fous, nous n’avions pas retrouvé un terrain de jeu aussi propice pour faire des progrès ! Nous sommes très fiers d’avoir pu essayer d’y surfer, dans les mêmes vagues que les pros ! Bon même si au final, ce ne fut pas si simple…

Au nord (sur la côte à droite sur la photo) : Byron Bay
Ce bleu complètement fou !
Byron Bay – The Pass

En effet, à nos yeux, Byron Bay est victime de son succès ! Il y a énormément de monde à l’eau, ce qui rend les manœuvres compliquées, voire impossible quand on débute… Au niveau de The Pass, on trouve surtout les surfeurs plus expérimentés (il y a plus de courant, des rochers, plus de choses à gérer). Déjà entre eux, c’est un peu la guerre (nous n’avons pas eu l’impression qu’il y ai vraiment un ordre respecté…), mais plus bas, c’est encore pire car aux heures de pointes peuvent s’égrener plus de 70 surfeurs sur une seule vague ! En tant que débutant, nous étions plutôt sur la fin de cette magnifique vague. Sauf qu’il est presque impossible de réussir à en prendre une seule ! Nous passions notre temps à regarder par-dessus notre épaule pour être sûr que personne n’était déjà dessus, certains surfeurs plus expérimentés et visiblement agacés par ce monde de débutant coupaient leur trajectoire pour empêcher que quiconque d’autre puisse prendre une vague en parallèle… Clément qui se démenait pour attraper la vague en toute sécurité et en respectant les autres s’est même fait pousser dans l’eau sur sa prise de vague par un local qui n’appréciait pas qu’on vienne surfer « son » spot… nous avons trouvé l’ambiance vraiment exécrable pour le coup ! L’astuce a été de se motiver à venir très tôt le matin (on parle d’être à l’eau à 6h30 !) pour y trouver moins de monde et essayer tant bien que mal de se frayer un chemin dans tout ce bazar. Qu’est ce que nous avons pu rêver d’avoir cette plage pour nous tout seul ! Hélas, sans doute comme beaucoup d’autres personnes…

A notre arrivée, au hasard un soir… les acharnés sont encore dans l’eau !
Seul moyen d’essayer d’attraper une vague, débarquer à 6h30 !

Depuis la Main Beach, il est possible de faire une grande et superbe balade jusqu’au Cap Byron, le point le plus à l’est de toute l’Australie où se dresse le phare de Byron Bay. De là, on a tout le loisir d’apprécier la beauté complètement dingue des plages australiennes ! C’est une explosion de couleur incroyable : de la bordure de forêt d’eucalyptus vert tendre, à la fine bande de sable blanc puis à l’écume blanche jusqu’à la mer d’un bleu turquoise sur-saturé qui tend vers le bleu foncé vers l’horizon. On comprends parfaitement la réputation des plages australiennes !

Jusqu’au bout de la terre !
Ça doit être plutôt sympa de vivre ici…

Le phare se visite et retrace rapidement son histoire et la vie des gardiens du phare sur ce petit bout de terre à l’extrême est australien.

Le phare de Byron Bay

Plus au sud enfin, la plage de Tallow Beach est également un spot de surf réputé mais nous ne l’avons pas essayé !

Tallow Beach

Que dire de la magie de cet endroit au coucher du soleil lorsque la plupart des visiteurs sont partis et qu’il ne reste plus que les amoureux de l’océan…

Plage d’Arrawara

De même qu’à Byron Bay, on peut dire qu’ Arrawara se décompose en 2 plages : Arrawara Beach à proprement parler et plus au sud, La Great Ocean Beach. Arrawara Beach est un point break magnifique et progressif… mais inaccessible aux débutants sauf les plus téméraires qui n’auraient pas peur de s’éclater contre les rochers ! Disons qu’il faut être sûr de savoir maîtriser sa trajectoire ! En revanche, nous avons trouvé un peu plus de quoi se mettre sous la dent à notre niveau sur la Great Ocean Beach : nous y avons trouvé des vagues « hybrides » entre la mousse et la verte, ce qui en fait une plage parfaite pour progresser quand on en à marre des mousses plates et sans force mais qu’on arrive pas encore à se frotter à des vagues plus importantes !

Arrawara Beach

La frayeur du jour fut quand Clément rentra tranquillement de la plage la planche sous le bras pour venir me rejoindre qui me séchait déjà au soleil et qu’en se retournant nous avons vu un serpent de la taille d’un bras qui était juste à l’endroit où Clément venait de mettre son pied, l’air de dire « tu est passé à 2 secondes de te faire mordre toi ! ». Le petit rappel que l’Australie reste un pays sauvage.

Où dormir en road-trip ?

Et en dehors des plages, du sable chaud entre les orteils et de nos sessions de surf, comment ça s’est passé ? Un petit mot sur un aspect très important du voyage en van : trouver où nous allons passer la nuit ! De même qu’en Nouvelle-Zélande, nous avons utilisé l’application Campermate pour connaître les endroits autorisés pour stationner avec notre van. A la différence du pays des kiwis, les australiens n’ont pas du tout de restrictions concernant la nécessité d’avoir des toilettes ou un système de récupération de l’eau à l’intérieur du van. Les places de campement sont équivalentes que l’on soit en camping-car ou à vélo !

Prêts pour le petit-déjeuner ?

Option gratuite : nous avons pu camper à la fois dans des endroits magnifiques, sauvages, tranquilles et bien aménagés que sur de simple aires d’autoroutes à deux pas des voitures qui filent à 100 km/h. Beaucoup moins glamour certes, mais à certains endroits, notamment le long de la côte est, le choix d’espaces autorisés pour camper est assez restreint donc on n’a pas trop le choix ! Surtout qu’il faut rappeler qu’en Australie, on évite au maximum de conduire la nuit si on ne veut pas rencontrer un animal nocturne (tel un kangourou) avec son pare-choc… Eh oui, ce n’est pas une exagération, les autoroutes australiennes sont très fréquentées et pas seulement par des véhicules à moteur ! Il est donc très important d’avoir toujours une vague idée de l’endroit où on va pouvoir dormir ou du moins de s’y prendre relativement tôt pour ne pas se faire rattraper par la nuit… Sinon, nous nous sommes aussi régulièrement offert des nuits dans de vrai campings payants pour pouvoir profiter d’une douche chaude, d’accès à une cuisine, électricité, etc.

Une aire d’autoroute habitée par des dindons sauvages…
Le moins sympa : les aires d’autoroutes bondées !
Le plus génial : les petits coins de nature visités par des kangourous ou des wombats !

Petite anecdote de galère : après 2 jours d’aires d’autoroute pas franchement géniales avec notre amie en vacances avec nous, nous avions décidé de nous offrir une nuit dans un vrai camping histoire de nous décrasser un peu. Sauf que nous sommes arrivés devant les portes du camping à 18h05 et celui-ci fermait à 18h… et la responsable de l’accueil n’a rien voulu entendre ! Nous nous sommes donc résolu à reprendre la route (de nuit bien sûr, avec donc la peur de la rencontre animalière, sinon c’est moins drôle) pour trouver un camping gratuit (car du coup, tous les payant étaient fermés !) et finir sur une aire d’autoroute crasseuse sans la douche promise. C’est là où il faut savoir garder le sourire et relativiser 😉

La cuisine de van !

La vie quotidienne en van en Australie

En Australie, nous avons vécu le véritable cliché de la vie en van et nous nous y sommes donné à cœur joie ! Morceau choisi :

« L’odeur des pancakes s’échappent dans l’air doux du matin tandis que le ciel bleu est plein de promesse. Le petit-déjeuner est tranquillement avalé sur nos chaises de camping, dans la petite prairie où nous avons passé la nuit et où des kangourous sont venus nous dire bonjour la veille au soir. On remballe tout, on vérifie l’attache des planches et nous voila parti à bord de notre van bringuebalant, un morceau de disco des années 70 à fond dans les hauts-parleurs. Nous traversons les faubourgs de la petite ville à côté de laquelle nous avons dormi, le soleil se reflétant sur les bow windows des jolies maisons colorées, direction la plage ! Les combis sont enfilées en vitesse mais il faut se motiver un peu avant de se jeter dans l’eau glacée la planche sous le bras. Mais une fois cette étape délicate passée, qu’est-ce que c’est bon ! Quelques heures plus tard, rincés (sans mauvais jeu de mot ;)), nous sortons de l’eau. Il n’est pas midi que nous avons l’impression d’avoir déjà gagné notre journée ! Nous sommes devenus maître dans l’art de préparer des sandwichs épiques que nous mangeons les pieds dans le sable. L’après midi sera à occuper au choix par une sieste caressés par la brise marine, une petite balade, un café ou quelques mails à envoyer. Le soir se couche orange sur les eucalyptus tandis que nous retrouvons un endroit où dormir et terminer la journée en écoutant chanter les kookaburras.« 

Si vous voulez être au courant des dernières news, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

2 réponses sur “Australie – les spots de surf de la côte est (pour débutant)”

  1. Hello ma belle! Qu’est-ce que l’Australie me manque! J’y allais chaque année quand j’habitais encore Nouméa et là je donnerai tout y retourner ne serait-ce qu’une semaine! Merci pour ce voyage virtuel qui m’a fait beaucoup de bien ❤

    J'aime

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s