Australie – Voir des koalas !

Quand on pense à l’Australie, on pense forcément aux koalas ! Nous vous proposons cet article spécial pour vous raconter tout ce que nous avons appris les concernant ainsi que la manière dont nous sommes parvenu à en voir (tout en les respectant !). Accrochez-vous bien car, autant ces petites créatures, appelés aussi les paresseux d’Australie, sont incroyablement mignonnes, autant leur histoire et leur situation actuelle est assez terrible !

Nous sommes partis le 15 septembre 2018 pour un voyage d’un an et demi en Amérique du Sud, Océanie et Asie du Sud Est ! Voici notre récit en Australie. Pour lire le début des aventures, c’est ici.

Un peu d’histoire du koala…

Espèce endémique d’Australie, le koala est une espèce de marsupial arboricole habitant les régions côtières et les forêts humides de l’arrière-pays australien. Les koalas se nourrissent exclusivement d’eucalyptus ou gommier et sont de plus très sélectifs sur les espèces de ces arbres : en effet, leur système digestif est tel qu’ils ne peuvent se permettre d’avaler n’importe quelle feuille, au risque d’une digestion impossible ! Ces petites bêtes passent en fait la plupart de leur temps à simplement digérer leur repas, ce qui leur demande une énergie considérable (ils dorment d’ailleurs 19h par jour pour s’en remettre). Les koalas vivent entre 15 et 20 ans, pèsent entre 4 et 14kg. Ils possèdent une poche pour les petits, comme tous les marsupiaux et sont plutôt solitaires. Il y aurait encore énormément de choses à vous dire sur cette espèce étonnante, mais voici l’essentiel !

Miam le bon eucalyptus !

Malheureusement, la réalité des koalas aujourd’hui n’est pas des plus heureuses : après avoir été longtemps chassés pour leur fourrure, aujourd’hui l’espèce est extrêmement menacée, à tel point que les experts ont finalement peu d’espoir pour les quelques 80 000 individus qui restent en liberté… (et les incendies de l’été 2019 n’ont fait qu’accélérer le processus !) En cause principale : la fragmentation de leur habitat et les maladies. Les koalas étant très pointilleux sur leur régime alimentaire, ils sont extrêmement dépendant de leur environnement. Or aujourd’hui, les quelques poches d’habitat leur correspondant sont extrêmement réduites (et ne cessent de se réduire encore et encore). Les koalas écrasés sur les autoroutes par exemple, sont des individus qui tentent de rejoindre des bouts de forêts d’eucalyptus, toujours plus éloignés les uns des autres. Et malheureusement, la société australienne dans sa quête d’urbanisation et de développement des villes, semblent avoir peu à cœur la protection de ses petites boules de poils !

D’ailleurs, contrairement à ce que racontent les publicités des zoos australiens, faire un câlin à un koala est la pire idée du siècle les concernant ! Avant de débarquer en Australie, nous étions tombés sur plusieurs récits de voyageurs racontant leur rencontre avec ces marsupiaux, souvent dans des zoos et souvent couronnées par de gros câlins à ces bestioles toutes douces. Pour nous, telle était la réalité : « les koalas sont trop mignons, on peut facilement les prendre dans nos bras, nous n’aurons qu’à aller dans un zoo pour voir des koalas heureux ». Eh bien NON ! S’il y a bien une chose à savoir avant de s’intéresser à la question, c’est cela : les koalas sont des animaux extrêmement stressés et le stress a un impact énorme sur leur comportement : un koala stressé (qui le manifeste en battant des oreilles), va être tout perdu, vulnérable, a plus de risque de tomber malade, de ne pas manger, etc. Et leur faire des câlins est justement quelque chose de très stressant pour cet animal plutôt solitaire ! Nous avons été très choqués d’apprendre cela et de découvrir que, bien qu’étant un des symboles de l’Australie, le pays ne semble pas chercher à les protéger plus que cela… Ainsi, vous pouvez constater que la vie d’un koala n’est décidément pas super simple…

Qui n’aurait pas envie de faire un gros câlin à ces petites boules de poils… Oui… mais non !

Si vous souhaitez pouvoir voir des koalas tout en respectant leur besoin, je vous déconseille donc d’aller visiter les zoos et parcs animaliers faisant la promotion des contacts avec les koalas et de plutôt vous tourner vers les refuges qui accueillent les koalas malades ou blessés pour les soigner et les relâcher – c’est ce qui sera détaillé dans cet article ! Ces refuges, généralement d’initiatives privées et bénévoles, en plus de participer grandement à la préservation de cette espèce, vous fourniront des informations précises sur leur mode de vie !

Les refuges de koala

Lismore

Nous nous sommes arrêtés à Lismore un peu par hasard. Petite ville à une trentaine de kilomètres de la côte, sur notre route vers Byron Bay, nous avons certainement dû y passer pour nous arrêter à la bibliothèque, faire des courses ou recharger les batteries (les nôtres !). Toujours est-il que nous sommes tombés sur une info touristique parlant du refuge pour koala de la ville (Friends of koala) et nous n’avons pas hésité longtemps avant de nous décider à aller y jeter un oeil ! Et je ne peux que vous recommander de faire la même chose ! Nous avons absolument adoré cette visite (gratuite !) qui nous a appris énormément sur les koalas, leur situation et le travail des refuges.

Le refuge de Lismore

Lismore et ce refuge n’étant pas des grosses machines de tourisme, les visites se font en tout petit groupe dans une ambiance très familiale. La visite a commencé par une petite demi-heure de présentation sur les koalas, leur situation et le travail du refuge par un bénévole du refuge. Le refuge, entièrement géré et financé bénévolement, reçoit les appels de personne ayant repéré des koalas malades ou blessés et se charge de les récupérer et de tenter de les soigner. Attention, les images de koalas blessés ou malades font froid dans le dos… Si leur état le permet, les soigneurs relâchent ensuite les koalas dans la nature. Ainsi, bien que le centre abrite un certain nombre d’individus, nous n’avons été autorisés à en voir que quelques uns (ceux malheureusement trop mal en point pour être relâchés). La plupart des koalas sont à l’abri des regards pour limiter au maximum leurs interactions avec les hommes.

Après cette entrée en matière, place aux choses sérieuses ! Ou plutôt mignonnes ! Notre guide nous a ensuite emmené voir les deux koalas qui logeaient de manière « permanente » au refuge. Quel moment fantastique que celui de découvrir ces petites boules de poil roulées en boule au creux d’une branche ! Le koala n’a pas volé sa réputation d’animal terriblement mignon.

Depuis son apparence étrange, son corps trapu qui ne semble pas du tout adapté à la vie en haut d’un arbre, sa manière de se déplacer tout en lenteur, ses gros problèmes de stress qui le rende tellement vulnérable et sa petite bouille, le koala est décidément un animal fascinant ! Quel plaisir de prendre notre temps de les observer sans contrainte ! Même si leur histoire personnel est bien souvent triste (pattes brûlées, individu aveugle, traumatisme rendant impossible leur retour dans la nature), il est rassurant de savoir que la vie au refuge est comme dans un hôtel 4 étoiles pour ces adorables bestioles.

Mais ce n’est pas tout ! Le refuge se trouve aux abords de Lismore, près d’un grand parc entouré d’eucalyptus…. et nous avons eu la chance incroyable de voir d’autres koalas perchés dans les arbres au dessus du refuge ! Nous avons pu voir un mâle et une femelle avec son bébé sur le dos… Toute petite boule de poil grise caché entre les feuilles, sur les branches les plus hautes, il n’est clairement pas évident de les apercevoir (ce qui paraît fou compte tenu de leur aspect !). Nous les avons vu se déplacer, le petit jouer sur les branches, avant de se remettre en grosse boule et de se rendormir. Hasard complet, ils semblaient simplement être bien installés ici. Ce fut un moment très émouvant pour nous, il est tellement rare de parvenir à en voir en liberté !

Est-ce que vous voyez le koala ?
Nous avons aussi rencontré ce gros lézard en sortant du refuge !

L’Hôpital des koalas à Port Macquari

Nous nous sommes rendu à Port Macquari sur la deuxième phase de notre voyage : avec notre amie venue nous retrouver pour deux semaines de folie en van. Comment ne pas lui proposer d’aller voir le fameux hopital des koalas ? L’hôpital travaille sur le même principe que les refuges (il récupère, soigne et relâche autant que possible les individus) mais avec une portée et des moyens bien plus importants ! (Hôpital des koalas) Là où le refuge de Lismore n’accueillait que quelques individus, tournait sur une dizaine de bénévoles et ne voyait pas défiler beaucoup de touristes, l’hôpital des koalas est une toute autre histoire.

L’hôpital des koalas de Port Macquari
La clinique de l’hôpital qui permet de soigner les koalas dès leur arrivée
Ce tableau présente l’ensemble des koalas présents, leur date d’arrivée, leur état de santé, etc

Créé en 1973, l’hôpital accueille en moyenne 250 koalas par an et se repose sur une équipe de près de 200 bénévoles faisant de ce centre une grosse institution reconnue dans la protection des koalas ! Sur le même principe que le refuge de Lismore, l’hôpital est divisé en deux partie : une zone non accessible où se trouvent tous les koalas qui pourront être relâchés dans la nature et qui sont préservés au maximum des contacts humains et la zone autorisée aux touristes, où l’on peut observer une trentaine de koalas, qui resteront à l’hôpital, sous les bons soins des bénévoles car ils sont malheureusement trop mal en point pour être relâchés. Les visites guidées accompagnées d’un bénévole permettent de les rencontrer, d’en savoir plus sur l’histoire de chacun de ces individus et de les observer à loisir.

Celui-ci est un très vieux koala, nourri avec une pipette car il n’a plus la force de le faire tout seul !

Voir des koalas sauvages

Vous l’aurez compris, vu le peu d’individus qu’il reste en liberté, la probabilité de parvenir à en voir dans la nature est extrêmement mince ! De plus, ces animaux restent la plupart du temps immobiles et perchés haut dans les arbres – il est très difficile de les repérer même en étant sous notre nez ! Nous avons tout de même tenté notre chance dans un petit morceau de forêt à côté de Lismore qui nous avait été recommandé par le refuge de la ville : la Tucki Tucki Nature Reserve. Apparemment, des koalas avaient été observés par ici à plusieurs reprises et avec un peu de chance, nous allions pouvoir en faire de même.

Y a-t-il un koala là dedans ?

Nous avons campé non loin de là et sommes venus à deux reprises : au lever et au coucher du soleil, moments d’activités (nourriture, toilettes, etc) pour de nombreux espèces animales. C’est toujours un moment d’excitation particulier quand on entre à pas de loup dans un endroit sauvage à l’affut du moindre mouvement et du plus petit des bruits dans l’espoir d’apercevoir quelque chose. Nous avons passé presque 2h à arpenter cette petite forêt (la balade qui en fait le tour dure une vingtaine de minute), le nez en l’air, les yeux concentrés. Hélas, soit il n’y avait plus de koalas, soit nous les avons raté ! Malgré nos deux tentatives, nous n’avons absolument rien vu.

Tucki Tucki Nature Reserve

Nous avons bien sûr tenté à d’autres endroits connus et même au hasard, ça ne fait jamais de mal de lever le nez pour voir ce que l’on découvre ! Mais nous n’avons jamais réussi à en voir en pleine nature sauf cette fois à côté du refuge de Lismore.

En espérant que cet article spécial koala vous aura plu et aura appris plein de choses sur ce petit animal extraordinaire !

Nous sommes partis le 15 septembre 2018 pour un voyage d’un an et demi en Amérique du Sud, Océanie et Asie du Sud Est ! Voici notre récit en Australie. Pour lire le début des aventures, c’est ici.

7 réponses sur “Australie – Voir des koalas !”

  1. Merci pour cet article ! C’est super ces refuges dis donc ! Lorsque nous étions en Australie en 2012 nous avions vu des koalas en liberté sur la Great Ocean Road : à Kenneth River (mais de très loin) et au cap Otway (de plus près). En 2016 nous n’en avons vu aucun par contre (Western Australia). C’est triste ce qu’il leur arrive…
    Aurélie.

    J’aime

    1. Oh quelle chance vous avez eu en 2012 !! Par contre, c’est vraiment triste de voir l’évolution et que vous n’en avez pas vu en 2016 et nous n’en avons pas vu en 2019…

      J’aime

  2. Coucou ma belle! C’est vrai qu’il est extrêmement rare de voir des koalas en liberté c’est vraiment triste 😦 je suis allée plusieurs fois en Australie en vacances quand j’étais à Nouméa et malheureusement je n’en ai vu que dans des refuges également. Des bisous ♥

    J’aime

  3. Bonsoir!
    Je découvre ton blog, et par là même ton article à propos des koalas. N’ayant jamais pu aller en Australie, je découvre ces refuges..; 80000 individus c’est tellement peu..
    Merci pour ton article très intéressant,
    Bises

    J’aime

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s