Europe Norvège

Norvège – Partir aux Lofoten, l’arrivée à Bodø

Un voyage féérique en Norvège en mars 2017 alors que tout était encore recouvert de neige et de silence. Pour lire le début de cette aventure, c’est ici !

Maintenant que vous savez tout sur les préparatifs d’un voyage en Norvège, il est temps de vous plonger avec nous dans notre récit de voyage et dans les magnifiques souvenirs et impressions que ce pays nous a apporté.

Comme je vous le disais, une fois arrivés à Oslo, nous n’avons pas tardé et sommes directement partis pour les îles Lofoten, le cœur de notre voyage. On parle d’îles, car il s’agit d’un archipel de minuscules îles découpées au ciseau à cranter, mais elles sont toutes (ou presque) reliées entre elles par des ponts, ce qui permet de pouvoir faire la route entre Narvik (sur le continent) et Å (tout au bout de l’île la plus au sud – prononcez-le avec un mélange de « EU » et de « O » et un peu de « A ») en une seule traite de voiture.

◊ Se rendre sur les Iles Lofoten

Plusieurs solutions sont possibles :

  • par l’avion directement, en atterrissant à l’aéroport de Leknes,

  • par bateau, à partir des villes portuaires de Bodø, Stammsund, ou Skutvik. Il faut compter environ 3h de traversée – j’en parle plus loin !

  • par la route, la E10, notamment lorsque l’on vient du sud, qui permet de faire Narvik – Svolvaer (la plus importante ville des Lofoten) en 4-5h.

Venant du sud, de Oslo, nous avons choisi la seconde solution et sommes donc partis de Bodø en bateau. Pour rejoindre Bodø, les options principales sont l’avion – 200 € pour 1h30 de vol – et le train – 120 € pour 2 sièges normaux (les couchettes sont un peu plus chères) pour 17h de trajet – ou la route, si vous avez une voiture, bien sûr… mais attention aux distances !

Mais qui irait prendre le train pour faire ce trajet alors que c’est à peine moins cher que l’avion et tellement plus long, me direz-vous ?!

Eh bien nous ahah ! Et oui, cela a pu faire écarquiller pas mal de paires d’yeux autour de nous lorsque nous avons parlé de ce projet mais nous avons choisi le train et n’avons pas regretté 

DSC08441

Arrivée à la gare de Bodø

Mais pourquoi donc ?

  1. Raison écologique. Ok, c’est peut-être bête parce qu’on a bien pris l’avion pour venir jusqu’à Oslo et avions donc déjà grillé notre emprunte carbone pour l’année. Oui, effectivement… mais autant la limiter même lorsque l’on fait quand même le choix de voyager, non ? Prendre 4 fois l’avion en moins de 15 jours nous semblait un peu abusé…

  2. Raison culturelle ! Le train fait plusieurs escales dont Trondheim (seul changement nécessaire) et c’est une véritable expérience ! Roulant principalement de nuit, il s’arrête dans tout un tas de petites villes où ce sont 3, 4 personnes qui montent emmitouflées dans leur manteau, des familles discutent, mangent, prévoient des jeux et des magazines, des femmes tricotent d’interminables écharpes (le tricot semble très répandu en Norvège !), d’autres essayent de dormir dans les positions les plus incongrues (ça c’est nous !)

  3. Pour l’aventure ! Le Grand Nord accessible en un simple vol d’1h30 ? Non, il doit être plus inaccessible que ça ! Le cercle polaire Arctique était tellement un rêve pour nous qu’il était hors de question que les choses soient si faciles ! Nous avons donc choisi cette option qui nous permettait tout de même de le rejoindre dans le temps que nous avions prévu de passer en Norvège mais en le méritant un tout petit peu.

  4. Pour le plaisir ! Pour le coup, nous avions chacun prévu un bon gros livre et quel plaisir indescriptible que de n’avoir rien d’autre à faire que de se poser au chaud dans ce train, lire, s’endormir bercés par les mouvements du wagon et puis se réveiller comme au matin de Noël pour découvrir que les paysages marrons du sud de la Norvège ont laissé la place à un monde tout blanc piqué de petites maisons colorées, de sapin ou de lacs gelés… C’est un plaisir indescriptible, doux, simple mais inoubliable !

  5. Pour dormir pas cher ! En effet, vu le prix des hébergements en Norvège, 2 nuits à dormir dans le train représentent une économie non négligeable.

DSC08434

Les paysages à bord du train

Bon à savoir : le service de train Norvégien « Norges Statsbaner » (NSB) met en vente 90 jours avant le départ de ses trains des billets « minipris » 3 fois moins chers que les billets « normaux » ! Soyez donc au taquet sur la date pour réserver vos billets au meilleur prix ! Nous en avons bénéficié et avons eu notre trajet Oslo – Bodo à 350 NOK (35€) au lieu de 1600 NOK (160€).

Et c’est ainsi qu’en partant aux alentours de 17h d’Oslo, nous avons pu voir le soleil se coucher tranquillement sur les prairies vertes et grises de la campagne du centre de la Norvège, puis faire un arrêt de quelques minutes à Trondheim avant de passer la nuit dans le train. Nous avons eu pas mal de chances pour ce premier trajet, car il n’y avait pas grand monde dans le train et il y avait de grands espaces vides à l’écart du passage qui nous ont permis de gonfler nos petits matelas, et de pouvoir s’installer pour dormir confortablement. Les lumières se sont éteintes pendant la nuit, allumées de nouveau uniquement lorsque nous faisions un arrêt quelque part (oui, même à 3h du matin, des Norvégiens prennent le train!), mais je dois dire que bien au chaud dans nos duvets et avec une paire de boule Quiès (fournie dans le petit paquet sur chaque siège, avec une couverture toute douce), bercés par les mouvements du train, nous avons carrément bien dormi !

DSC08421

Nos petits matelas orange sur lesquels nous avons dormi !

Cependant, si vous préférez un peu plus de confort, il est également possible de voyage en train couchette, mais c’est plus cher !

Le lendemain matin, notre réveil a été magique : nous avons relevé la tête pour voir par la fenêtre que les champs mornes et froids des alentours d’Oslo avaient laissé la place à un paysage tout blanc, tout cotonneux, d’où dépassait de temps à autre le toit d’une maison, des forêts de sapins. Je crois que c’était l’un des plus beaux réveils de ma vie !

Nous avons regardé paresseusement les paysages défiler à travers la fenêtre jusqu’à notre arrivée, un peu avant 9h00 à la gare de Bodø.

Notre bateau ne partant pas avant 17h30, nous avions une journée entière à passer à Bodø. Nous étions un peu désolés de « perdre » ainsi une journée dans cette ville, qui, au premier regard, n’a pas un charme fou. Mais au final, nous n’avons eu aucun problème à occuper notre journée, et si comme nous, vous suivez cette route et vous retrouvez à Bodø (prononcez « Bôdheu »), voici ce qu’il vous est possible de faire :

◊ Le port

Je crois que c’est l’endroit de Bodø que nous avons préféré ! Et ce n’est pas étonnant car il définit quelque peu l’âme de Bodø ! Il nous a semblé que cette ville était surtout une ville d’étape vers les îles Lofoten ou vers le grand nord et la vie nocturne a l’air d’y être assez inexistante (peu de bars, de restaurants, pas de cinéma en centre-ville…), ainsi, le port cristallise toute la vie et les activités de cette ville.

DSC08478

Balade le long du port

DSC08487

Nous avons automatiquement été attirés par cet endroit dès notre arrivée aussi parce que lorsque l’on se promène sur le port, on commence à apercevoir au loin les premières montagnes enneigées qui tombent directement dans l’eau et qui constitueront notre décor aux Lofoten et ce pourquoi nous sommes venus !

DSC08449

Les premières montagnes !

Nous avons été happés par le mouvement des petits bateaux de pêche revenant décharger leur cargaison de crevettes ou de morues, des chalutiers partant vers le large et des énormes ferrys desservant les côtes déchiquetées de Norvège…

DSC08468

Les crevettes les plus fraîches du monde !

DSC08452

Nous nous sommes promenés sur les pontons en bois, au milieu des filets de pêche et des morceaux de poissons abandonnés et puis, nous nous sommes fait une copine ! Nous sommes tombés sur une petite loutre (en fait, elle n’était pas si mignonne que ça, il s’agissait plutôt de la grosse loutre roublarde qui a connu plusieurs bagarres pour récupérer du poisson sur le port), qui se cachait derrière une baignoire abandonnée et de vieux pneus, un morceau de poisson dans la gueule et  l’air conquérant.

DSC08491

Y’a quelqu’un ?

SONY DSC

Salut toi Miss Loutre !

DSC08494

La proie : la morue séchée !

◊ Le Saltstraumen 

Il s’agit de l’attraction phare de Bodø ! À l’endroit où le Saltfjord se rétréçi, et selon les courants des marées, on peut apercevoir un gigantesque maelstrom (c’est-à-dire un puissant tourbillon d’eau), qui fait plein de bulles et semblent tout aspirer sur son passage ! Dingue !

Malheureusement, je vous en parle mais nous n’avons pas eu le temps d’y faire tour, car le timing des marées ne coïncidait pas avec le temps que nous avions à Bodø. Mais si vous voulez toutes les infos, rendez-vous à l’office de tourisme (situé dans LA rue principale) où on vous dira comment vous y rendre et quelles sont les horaires des marées.

D’ailleurs, petit point « le saviez-vous ? » : un fjord est une vallée érodée par un énorme glacier avançant de la montagne vers la côte, et qui a été envahi par la mer depuis la fin de la dernière ère glaciaire.

◊ Le Nordland Museum

Pour la modique somme de 60 NOK (6€) pour les adultes et 10 NOK (1€) pour les étudiants, il vous est possible de rentrer vous réchauffer avec une bonne tasse de café (offerte) à l’intérieur de ce petit musée trop mignon et qui semble sortir tout droit d’une autre époque. Dans une ambiance feutrée et qui sent bon la poussière et les vieilles choses, on découvre l’histoire de Bodø, depuis les premières expéditions vers le nord, en passant par l’essor de la pêche à la morue, l’évolution de la ville, les jeux, le mode de vie norvégien grâce à des objets d’époques et des reconstitutions. Ce musée est tout petit et certes tout simple, mais il reste un bon moyen de passer le temps à Bodø en se retrouvant propulsé dans le passé. L’ambiance qui se dégage du lieu, la fierté et la valeur associées à chaque objet rendent son histoire touchante. Une visite sympa !

SONY DSC

A l’intérieur du musée, vieillieries et bons souvenirs

SONY DSC

◊ Bodø Domkirke

À la recherche d’un endroit chaud, nous sommes entrés à l’intérieur de cette cathédrale qui, d’extérieur, ne nous paraissait pas très avenante ! Le clocher en béton nous a fait froid dans le dos (et ce n’était pas la neige!) et sa forme de silo à grains semble sortir tout droit de l’ère soviétique (mais qu’est-ce que les Russes ont à voir là-dedans ??). Cependant, lorsque l’on entre à l’intérieur et que l’on s’installe sur les bancs en bois quelques instants, on découvre un espace incroyablement chaleureux, lumineux et apaisant.

SONY DSC

Dans la Domkirke de Bodø

Du bois clair, des parois blanches, quelques panneaux de couleurs et quelques jolis vitraux encore plus colorés donnent à cette cathédrale un aspect moderne, ouvert, et doux. C’est typiquement le genre d’endroit dans lequel je me verrais bien passer la période de Noël en buvant un chocolat chaud et en écoutant des histoires. Lorsque nous sommes entrés, un pianiste répétait ses morceaux seul et nous avons pris plaisir à l’écouter en sentant la fraîcheur quitter peu à peu nos os.

SONY DSC

Vue de l’extérieur… beaucoup plus sombre !

◊ Les rues et le street art

En s’éloignant un peu de la rue principale de Bodø (où se trouvent les boutiques, restaurants, etc), on se retrouve très vite dans des rues résidentielles où la neige s’entasse en gros tas au bord des routes.

DSC08497

De la neige partout !

On peut alors voir de belle demeure à l’architecture typique de la Norvège (panneaux de bois rouge foncé, petites rembardes en bois, toits en ardoises,…) aux toits recouverts de neige.

DSC08507

DSC08501

Des maisons typiquement norvégiennes

DSC08504

On déniche aussi de magnifiques œuvres de street art, qui viennent égayer les murs du centre-ville. Les quelques peintures que nous avons trouvées sur notre route nous ont déjà marqués par leur originalité, et je pense qu’il est possible de trouver de superbes créations cachées partout en ville !

DSC08450

Du street-art dans Bodø

DSC08444

◊ Les supermarchés

C’est une activité que nous adorons faire en général lorsque nous voyageons : se balader dans les supermarchés ! Eh oui, c’est tout bête, mais il s’agit de la « première étape » dans la découverte d’une culture ! On se rend là où monsieur et madame tout le monde font leurs courses et on observe… En Norvège, ce qui nous a choqué (outre le rayon alcool qui ferme à 18h), ce sont les rayons laine ! Nous sommes tombés sur d’immenses rayons vendant des pelotes de laine, des aiguilles à tricoter, etc. Quand chez nous, la laine se vend surtout en magasin spécialisé, ici, on a l’impression que tricoter de gros pulls bien chaud (et qui grattent un peu), est très répandu !

◊ Les magasins de sport de la rue principale

Dernière chose que nous avons faite avant de partir mais qui nous a été très utile : flâner dans les boutiques spécialisées de la rue principale, notamment « Sportshuset » qui permet d’acquérir tout l’équipement nécessaire pour survivre au-dessus du cercle polaire dans un cadre sympa.

◊ Où manger ?

Nous avons mangé un simple bout de poisson avec de la purée dans la Kafeteria Joh Lohvold où tous les travailleurs locaux vont faire leur déjeuner, pour ne pas exploser le budget. Mais ce bout poisson tout frais péché et  mangé face à la mer fut un vrai bonheur ! Nous vous conseillons donc cet endroit qui ressemble à une petite flunch avec de bons petits plats tout simples.

cropped-lovolds_kafeteria_webside_ikon-192x192

Nous ne vous cachons pas qu’à la fin de cette journée à Bodø, nous trépignons d’impatience à l’idée d’embarquer enfin sur le bateau permettant de rejoindre Svolvaer (prononcez Svolvaaaarrr) sur les îles Lofoten !

◊ Le Ferry pour rejoindre les Lofoten

Comme je vous le disais plus haut, plusieurs ferry au départ des différentes villes côtières de ce coin de la Norvège permettent de rejoindre les Lofoten. Vous trouverez toutes les infos sur les trajets, prix et horaires ici. En ce qui nous concerne, nous avons pris l’Express Boat qui fait le trajet Bodø – Svolvaer en 3h40 pour 463 NOK (environ 46€). Attention, couvrez-vous bien sur le bateau si vous comptez sortir sur le pont, car le trajet est « rafraichissant » !

DSC08535

Nous étions les seules personnes farfelues à l’avoir fait (il faut dire que le bateau est surtout utilisé par des locaux qui font leur trajet domicile-travail), mais je vous conseille fortement de pointer votre nez dehors ! Les paysages sont incroyables ! En effet, le bateau traverse ce bras de mer en slalomant entre d’immenses montagnes enneigées et inhabitées qui se jettent directement dans une mer agitée d’un bleu glacée.

SONY DSCD’autres petites îles sont desservies également avant Svolvaer et découvrir ces quelques petites maisons perdues sur un bout de terre en pleine mer est toujours un spectacle fascinant ! Et si (comme nous), rester à l’intérieur chauffé du bateau vous donne le mal de mer, prendre le grand air reste le meilleur moyen de passe une bonne traversée 😉

DSC08521

SONY DSC

Dans le prochain article, je vous parlerai enfin de cet endroit merveilleux que sont les Lofoten !

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur ma page Facebook !

11 comments on “Norvège – Partir aux Lofoten, l’arrivée à Bodø

  1. Rolalalala ça fait tellement rêver !! J’adorerais faire ce genre de voyage. J’approuve totalement vos raisons pour avoir choisi le train, on aurait fait pareil ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Waouh c’est magnifique. J’aimerais trop faire un long voyage en train. Je viens de lire the great railway bazaar de Paul Theroux et depuis j’ai envie de voyager en train lol.

    Aimé par 1 personne

  3. Ce voyage avait l’air vraiment magnifique ! C’est un pays que je n’ai jamais vraiment penser à visiter jusqu’à aujourd’hui 🙂
    Au fait, Je viens de te nominer pour le Sunshine Blogger Award ! Le principe est super sympa, et c’est génial si tout le monde joue le jeu ! Rendez-vous sur mon blog 🙂 j’ai hâte de lire ton article !

    J'aime

    • Oh merci beaucoup !! Ca fait super plaisir !! Je prépare un article rapidement pour y répondre 🙂
      Et pour la Norvège, c’est un pays qui peut paraître très hostile (conditions climatiques, distances, coût de la vie…), mais qui est tellement beau, que l’on oublie cela très vite 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Merci pour ce super reportage, et surtout le voyage en train. Je vous comprends complètement, et merci pour la planète. Si on peut voyager tout en faisant un peu attention …
    Belle journée !

    J'aime

  5. Comme c’est beau tu me fais rêver ! Et trop bien le voyage en train je n’ai jamais fais ça, tu me donnes envie de partir à l’aventure 😀 super post!! Des bisous 😘😘

    J'aime

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :