Equateur – Baños, ses cascades et ses thermes

Après ces quelques jours de camping face au Cotopaxi, nous sommes repassés par Latacunga en plein festival de la Mama Negra (je ne vous en dit pas plus, nous vous réservons un article des 700 Merveilles du monde sur le sujet !). Nous sommes alors restés 4 jours à l’auberge où nous avons entrepris de créer nos profils Workaway et Worlpackers afin de pouvoir envoyer des demandes de volontariats pour la suite de notre périple.

Nous sommes partis le 15 septembre 2018 pour un voyage d’un an et demi en Amérique du Sud, Océanie et Asie du Sud Est ! Voici notre récit en Équateur. Pour lire le début des aventures, c’est ici.

◊ Recherche de volontariats

C’est un projet que nous avions avant de partir et dont l’idée s’est renforcée avec le début de notre voyage : nous avons très envie de pouvoir nous poser plusieurs semaines à un endroit et de pouvoir à la fois nous rendre utile en réalisant quelque chose de nos dix doigts mais aussi en apprendre un peu plus sur les domaines chers à nos yeux : la permaculture, l’éco-construction, la protection d’espaces naturels et d’animaux, par exemple. Le thé à volonté dispensé par notre auberge nous a aidé à rester motivés et nous ne sommes repartis de Latacunga qu’après avoir envoyé une bonne vingtaine de demandes. A suivre !

Entre temps, nous nous sommes posés la question de la suite du voyage : nous n’avions absolument pas finit d’explorer toutes les montagnes du coin mais en même temps… nous avions bien envie de changer d’air. Nous avons alors décidé de partir pour Baños, puis pour Tena, direction l’Amazonie et une toute autre ambiance !

◊ Baños et ses multiples cascades

Un peu plus basse en altitude (« seulement » à 1800 m), Baños est connue pour se trouver au cœur d’une vallée où coulent des dizaines de cascades magnifiques ! Mais pas que ! Elle est aussi connue pour ses thermes naturels chauffés par les volcans actifs alentours et enfin pour être un lieu de prédilection pour les sports à sensation (sauts à l’élastique, pont de singe au-dessus du vide entre 2 falaises, rafting, etc).

Nous n’allons pas nous étendre des heures sur Baños car la ville ne nous a pas fait grande impression et nous l’avons trouvé surtout affreusement cher (plus qu’à Quito !). Si l’environnement de la ville est réellement magnifique, Baños en elle-même ne semble être qu’un assemblage de compagnie proposant excursions et activités, des restaurants touristiques, de salons de massage ou de boutiques de souvenirs. C’est probablement la ville où nous avons eu l’impression de croiser le moins d’Équatoriens…

En dehors de ça, nous l’avons tout de même trouvé mignonne avec ses petites places composées de parcs, son église, son petit marché couvert. Mais son grand intérêt réside dans le fait qu’elle se trouve encaissée au milieu de montagnes magnifiques, et perchée au-dessus d’une falaise à pic où chutent d’impressionnantes cascades. Et il est possible en quelques minutes à partir du centre-ville d’aller grimper sur ces montagnes et d’avoir une vue imprenable sur les environs et la vallée où se déchaine un torrent.

◊ Notre hébergement à Baños

Un mot sur le camping Illuchi où nous avons passé 3 nuits : trouvé par hasard sur la carte, nous arrivons sur un terrain en pente à 60°, sous une ligne à haute tension, racheté par une bande de joyeux hippies qui après avoir aménagé quelques terrasses où poser votre toile, et quelques cabanes pour en faire une cuisine et des sanitaires, vous offrent pour 2$ la nuit la plus magnifique vue de Baños que vous pouvez trouver. Et faire son petit déjeuner au mirador, une petite cabane en bambou perchée à 200m au-dessus de l’abîme où se déchaine le torrent, a quelque chose d’exceptionnel !

◊ La Route des Cascades

N’ayant pas trop envie de dépenser une fortune dans des excursions, je crois que du coup, nous avons réalisé toutes les activités accessibles avec peu d’argent à Baños ! Nous sommes allés voir par nous-même la « route des cascades » qui doit son nom au fait que, en suivant le torrent, on peut croiser une dizaines de cascades différentes sur une vingtaine de kilomètres. Les paysages sont incroyables, avec ces immenses montagnes émeraudes qui montent à pics dans les nuages, et qui crachent leurs eaux dans la vallée en cascades rugissantes ; mais la route en question est l’unique de la vallée, et est donc très très fréquentée. Vous pouvez la parcourir avec les tours organisé (hors de prix), en louant un vélo (si vous aimez les sensations fortes… et frôler la mort), à pied ou en attrapant les bus reliant les villes pour quelques centimes.

Nous avons commencé à pied et après en avoir eu marre de respirer de l’essence, nous avons relié les différentes cascades que nous voulions voir en attrapant les bus qui passent très fréquemment (25 centimes par trajet). Nous avons eu de la chance de profiter d’un lâcher d’eau du barrage de Baños et avons découvert  la cascada de Agoyan rugissant des milliers de litres d’eau à la minute, impressionnant ! Nous avons aussi beaucoup aimé la plus fameuse cascade : el Pailon del diablo, mais vous la découvrirez dans un article réservé des 700 merveilles du monde, qu’elle mérite amplement malgré son exploitation touristique assez désagréable (accès payant, forcément…).

◊ Les balades autour de Baños

Nous avons aussi exploré les montagnes autour de Baños grâce aux sentiers partant du centre-ville, notamment en montant au mirador de la vierge qui offre une jolie vu sur la ville. Attention c’est un véritable chemin de croix, au sens littéral !

Ca grimpe !

◊ Le volcan Tungurhua

Nous avons aussi tenté l’ascension du volcan Tungurhua, un « petit » 5023m qui nous faisait de l’œil car encore en activité. Il ne porte donc pas de glacier du fait de la chaleur qu’il dégage et son ascension se fait dans les cendres, accompagné des fumerolles crachant leurs gaz soufrés. Motivés à bloc, et après 2 jours de mauvais temps, nous nous levons dans la nuit et, constatant un ciel clair, allons attraper un taxi à 4h du matin pour nous amener à l’entrée du parc national.

Après un lever de soleil brumeux surréaliste nous entamons un chemin dans la jungle, en partie creusé dans l’épaisse couche de cendre volcanique et où la végétation luxuriante forme une couverture, créant de véritables tunnels.

Mais la montée est raide, et quand la pluie commence à tomber en grosse averse comme les jours précédents, nous savons que cela va durer les 5h d’ascension… Les flancs du volcan sont plongés dans les nuages et le sommet est complètement invisible. Nous abandonnons dès lors l’ascension, déçus et trempés, face à ces conditions peu propices.

◊ Les fameux thermes de Baños

Pour se consoler nous nous sommes accordé un petit plaisir en allant à l’un des fameux thermes chauffés naturellement par les volcans. Nous avons évité les spas pour touristes du centre-ville (aux prix européens) et pour 3$, nous nous sommes prêtés à l’exercice comme les équatoriens : on passe tout d’abord quelques minutes dans le bassin à 54 degrés, puis plouf, on saute dans celui à 18° (ce n’est pas si désagréable finalement et on se sent étonnement bien juste après !) et on termine par un bassin à 30°, le tout au milieu des montagnes !

Nous avons découvert Baños comme une ville, au final une ville regorgeant de jolies petites choses à découvrir, malgré le fait qu’elle soit un peu gangrenée par le tourisme de masse.

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

9 réponses sur “Equateur – Baños, ses cascades et ses thermes”

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s