Nouvelle-Zélande – Wanaka et l’ascension du Roy’s Peak

Pour une petite ambiance musicale en plus, c’est par ici !

Après les fjords, les plages sauvages et la grande traversée de la campagne déserte, nous changeons encore une fois complètement de décor en débarquant à Wanaka ! Nous retrouvons les montagnes si impressionnantes de la Nouvelle-Zélande que nous avions déjà bien explorées au Mont Cook et à Queenstown et qui n’en finissent pas de nous émerveiller.

Nous sommes partis le 15 septembre 2018 pour un voyage d’un an et demi en Amérique du Sud, Océanie et Asie du Sud Est ! Voici notre récit en Nouvelle-Zélande. Pour lire le début des aventures, c’est ici.

◊ Wanaka

Nous avons trouvé assez peu d’intérêt à la ville de Wanaka en elle-même en dehors de ses quelques boutiques aux devantures un peu sympa, mais c’est vraiment son cadre naturel qui vaut le détour !

Située au bord d’un grand lac de montagnes, Wanaka est entourée de grandes montagnes brunes aux sommets blancs qui se jettent directement dans les eaux turquoises du lac Wanaka.

Une grande plage court tout le long de la bordure du lac où est installée Wanaka et est un lieu plein d’émulation et d’énergie où se rencontrent un peu tout le monde : coureurs, cyclistes, marcheurs, familles en balade, on y trouve également un skate parc, des balançoires, des pontons pour partir en kayak etc… Nous avons adoré cet endroit pour cette ambiance si particulière tandis que nous préparions notre randonnée du lendemain pour aller voir d’un peu plus prêt ces fameuses montagnes !

N’ayant pas énormément de temps à accorder à Wanaka (eh oui, il était déjà temps de remonter vers l’île du nord !), nous avons choisi de faire probablement l’une des randonnées les plus emblématiques : l’ascension du Roy’s Peak, ce sommet qui nous toise de ses 1578 m depuis notre arrivée !

◊ Ascension du Roy’s Peak – 6h

Nous partons de bon matin pour monter au sommet du Roy’s Peak, qui élève son sommet blanc, bien visible, quasiment tout seul, à l’écart d’autres montagnes. Il domine de ses grandes parois lumineuses la route qui mène à son pied, au niveau du lac de Wanaka.

Cette randonnée est très simple : il s’agit de monter par l’infini sentier en lacet qui suit les flancs du Roy’s Peak jusqu’au sommet… puis de redescendre par là où on est venu ! Impossible de se tromper, aucune question à se poser !

Nous commençons donc notre ascension en suivant le sentier boueux qui trace à travers les pentes herbeuses de tussacks, ces touffes d’herbe brune caractéristiques de la végétation de montagne par ici. Il n’y a rien de compliqué ici, à part de garder suffisamment de souffle et d’endurance pour être sûr d’atteindre le sommet ! Nous croisons quelques familles en balade et de nombreux jeunes, comme nous qui montent rapidement, se faisant la course. Le temps et clair et nous montons rapidement.

Le van que nous avons garé juste au pied de la montagne se fait de plus en plus petit tandis que la vue sur le paysage s’élargit. Nous distinguons de mieux en mieux l’immense lac de Wanaka entouré de champs verts et d’un enchevêtrement de massif montagneux, gris et bleu, à perte de vue. Rien que pour cela, l’ascension en vaut la peine !

Au bout de 2h de montée, nous commençons à voir les premières plaques de neiges qui s’accrochent aux tussacks. Les familles que nous croisions plus bas se sont arrêtées au premier point de vue et nous rencontrons de moins en moins de monde à mesure que l’air se fait plus froid et la montée plus longue.

Finalement, le chemin finit par se recouvrir entièrement de neige et le restera jusqu’au sommet. Ça glisse et il nous faut marcher sur les côtés du sentier, dans les pierres et les herbes pour pouvoir monter plus facilement.

Nous parvenons au premier point de vue à mi-chemin du sommet en un peu moins de 3h où de nombreux voyageurs (certains en baskets ! Nous n’avons toujours pas compris comment ils ont pu faire !) se sont arrêtés pour prendre une photo sur le petit promontoire de roche qui domine toute la vallée. Attention au vertige, car cela croise à peine pour parvenir au bout ! En file indienne, chacun veut sa photo de lui tout seul et attend tranquillement son tour.

Cette étape peut constituer la fin de l’ascension, le paysage y étant déjà complètement fou ! Mais pour les plus motivés, il est possible d’aller encore plus haut, jusqu’au sommet du Roy’s Peak, à encore une bonne heure de montée. Nous décidons de ne pas nous arrêter là pour le moment car il y a trop de monde et de continuer à monter.

A partir de là, ça se complique ! Le sentier recouvert de neige, beaucoup moins fréquenté que sur sa portion plus basse, se fait encore plus glissant et technique. Nous continuons tant bien que mal, lacets après lacets, tantôt concentrés sur nos pas, tantôt sur ce paysage incroyable qui défile sous nos yeux. Nous sommes quasiment seuls et nous ressentons vraiment cette sensation incroyable d’être en train de parvenir à un sommet, entre nous et la montagne.

C’est cette petite pointe à gauche que nous visons !

Le sentier finit par quitter le flanc nord du Roy’s Peak, disparaissant de l’autre côté, cachant à notre vue la vallée de Wanaka mais nous ouvrant le regard sur un tout autre paysage. Nous montons encore un peu et nous atteignons finalement la crête de ce massif montagneux. La vue est à couper le souffle.  

Nous dominons presque l’ensemble des autres monts autour de nous, qui s’étendent à perte de vue. Mélange de bleu, de doré et de brun sous des nappes blanches étincelantes, reflets moirés, variables sous le soleil, vision insaisissable.

Encore un peu plus haut, et c’est finalement la vue à 360° que nous obtenons. D’un côté, ce massif montagneux infini et secret que nous avons découvert en montant sur la face cachée du Roy’s Peak, enchaînement de sommets et de bosses perdues à notre vue, crêtes sauvages et qui semblent inexplorées. De l’autre, la vallée où s’étend le lac bordé par Wanaka, fermée de l’autre côté par une autre muraille de montagnes aux tempes vieillies.

Les derniers mètres sur la crête s’avèrent techniques : glissade sur la neige, petits pas qui tentent de s’accrocher tant bien que mal, pente abrupte et vertige qui monte. Mais nous y arrivons finalement, nous parvenons au sommet du Roy’s Peak !

Une petite dizaine de personne savourent également leur victoire à notre arrivée, grands sourires, selfies et tapes dans le dos.  Nous nous hissons jusqu’au sommet, la petite flèche météo installée tout en haut : ça y est ! Nous ne sentons plus le froid, ni la fatigue et nous nous perdons littéralement dans cette vue incroyable qu’offre le sommet. Magnifique récompense !

Malgré le vent froid et nos doigts qui gèlent petit à petit, cet endroit est trop beau pour redescendre tout de suite et nous décidons de nous installer ici pour notre pique-nique ! Des sandwichs au thon faits au sommet des montagnes, nous sommes pas mal !

Nous finissons par nous arracher à cette vue, il faut bien redescendre ! Nous nous sentons légers et descendons moitié glissant, moitié marchant, très vite par rapport au temps qu’il nous a fallu pour monter. Nous retrouvons la petite plate-forme où la plupart des randonneurs s’arrêtent pour l’arrêt photo qui tape l’œil.

Nous tentons de rejoindre le bout… mais il y a définitivement trop de monde qui attend et nous sommes arrêtés par deux filles qui nous barrent la route prétextant qu’elles souhaitent prendre une photo du promontoire sans aucune autre personne. Décidément, cette ambiance qui fait de la montagne un lieu à mettre sur les réseaux sociaux avant un lieu sauvage, magique et accessible à tous à apprécier avec ses yeux ne nous convient pas et nous finissons par fuir !

Et c’est reparti pour un nombre incalculable de lacets à droite, puis à gauche, puis à droite… Il nous faudra environ deux bonnes heures pour redescendre, qui s’avèrent interminables à partir du moment où nous apercevons notre van tout en bas… qui se rapproche bien trop lentement !

 Infos pratiques : Il nous aura fallut 6 bonnes heures pour accomplir cette ascension de 16 km aller-retour, 1300 m de dénivelés positif et redescendre. La montée sur le chemin enneigée peut être assez technique, mieux vaut avoir un peu d’expérience et de bonnes chaussures ! La première moitié de l’ascension se fait toutefois sans problème. Prévoyez des vêtements chauds, il fait froid au sommet !

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

 

2 réponses sur “Nouvelle-Zélande – Wanaka et l’ascension du Roy’s Peak”

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s