Nouvelle-Calédonie – Nouméa

Notre avion décolle d’Auckland le 14 juillet… direction Nouméa en Nouvelle-Calédonie. On ne pouvait faire mieux pour célébrer notre fête nationale ! Dans l’avion d’Air Calin, compagnie néo-calédonienne, nous retrouvons avec émotion la panière de pain offerte avec notre repas, le petit chocolat à la fin, les journaux français mis à disposition ou encore le parler français de notre stewart. Et pourtant… nous survolons un lagon bleu turquoise qui suit les contours d’une grande île verdoyante, loin de la métropole que nous connaissons ! Nous découvrons pour la première fois cette France d’outre-mer, à 17 000 km et 10 fuseaux horaires de Paris.

Nous sommes partis le 15 septembre 2018 pour un voyage d’un an et demi en Amérique du Sud, Océanie et Asie du Sud Est ! Voici notre récit en Nouvelle-Calédonie. Pour lire le début des aventures, c’est ici.

Tout nous paraît étrange, à la fois si proche et si loin de ce que nous connaissons : depuis la conduite à droite de la navette qui nous accompagne de l’aéroport de la Tontouta à Nouméa, la radio française diffusée par ses haut-parleurs (et qui donne des nouvelles de Paris), le nom français de la rue où se situe notre airbnb… aux bananiers qui poussent sur le bord de la route, les montagnes recouvertes de forêts tropicales ou encore la salle de réception kanak que nous apercevons depuis l’autoroute.

◊ Nouméa sur la Grande Terre

Nous sommes accueillis par Marc et Gwenaëlle, un jeune couple de « zoreilles », c’est-à-dire de métropolitains installés en Nouvelle-Calédonie. Nous nous entendons très vite avec eux et nous sommes ravis de profiter de leur connaissance de l’île pour leur poser toutes les questions que nous avons !

Dès le lendemain matin, nous partons à la découverte de Nouméa, la plus grande commune de l’île avec ses 94 000 habitants. Il fait beau et chaud et nous saluons de la main les habitants de la petite rue calme que nous traversons pour rejoindre le centre-ville de Nouméa.

♦ Le centre-ville de Nouméa

Nous passerons notre journée à nous émerveiller de tous les menus détails qui, soit sont typiquement français, soit nous rappellent que nous sommes pourtant sur une île polynésienne au milieu du Pacifique : les plaques bleues de rues, les enseignes de magasins français (Tati, Cache-Cache, etc), les produits casino ou carrefour importés dans les supermarchés, les jeux de mots douteux des coiffeurs, les boulangeries proposant baguettes et pains au chocolat, et puis, en même temps, les immenses arbres dotés de lianes, l’accent des nouveaux-calédoniens, les fleurs multicolores en abondance et puis et surtout le lagon !

Comme à la maison !

Après presque 1 an hors de France, retrouver tant de choses que nous connaissons dans un environnement complètement nouveau nous procure des sentiments inédits ! Une sensation de chaleur d’être un petit peu « chez nous » et la curiosité et l’émerveillement de ce monde plus coloré qu’est la Nouvelle-Calédonie.

Les voitures de la police… aux côtés d’un immense figuier

Notre mission de la journée était simplement d’acheter un pain au chocolat, après tant de temps sans avoir goûté à ces viennoiseries auxquelles nous n’étions pourtant pas particulièrement attachées avant de partir. Mais une fois cette mission remplie comme nos estomacs, nous n’avions aucune envie de nous arrêter en si bon chemin !

Nous avons démarré  notre exploration de Nouméa par sa célèbre place des cocotiers qui porte très bien son nom. Cette place incarne le cœur de Nouméa mais aussi celui de la Nouvelle-Calédonie puisque la fontaine Céleste au milieu de la place est également le point 0, point de départ kilométrique de toutes les routes de l’île. Cette place est très souvent occupée par un grand marché d’artisanat !

La place des cocotiers

♦ Nouméa de baies en baies

Mais ce qui fait surtout la particularité de Nouméa et ce qui nous a vraiment donné envie d’en voir plus, c’est son ensemble d’anses et de baies qui s’échelonnent en pointe découpant la côte de creux et bosses : la baie des citrons, la baie de Sainte-Marie, la baie de la Mosselle, l’Anse Vata…

La Marina de Port Moselle

Nous enchaînons de baies en baies, longeant tout le bord de côte d’est en ouest. Nous découvrons alors le deuxième cœur de Nouméa : la baie des citrons et l’anse Vata où se trouvent les bars, restaurants ou les boutiques de souvenirs ou d’artisanat.

La Baie des Citrons

Il fait beau, chaud mais relativement frais, nous croisons assez peu de monde et nous retrouvons les impressions des vacances à la mer de notre enfance : les petits bistrots aux terrasses qui s’étalent sur le trottoir, les boutiques de bijoux ou de coquillages, les marchands de glace… avec des prix en francs calédonien ! L’eau incroyablement bleu du lagon dans laquelle nous trompons nos pieds sur la plage de la baie des citrons nous rappelle que nous sommes pourtant de l’autre côté de la terre !

A l’horizon, nous discernons les fameux îlots : des morceaux de terre perdus dans le lagon, plus ou moins grand, plus ou moins sauvages sur lesquelles les nouméens aiment se rendre le temps d’un week-end pour une mini-aventure presque à domicile.

♦ Parc municipal de Ouen Toro

Nous parvenons finalement à la pointe sud de Nouméa qui se termine par le parc de Ouen Toro. Il recouvre sur 50 hectares un petit plateau qui s’élève à 128m en pleine ville ! D’en haut, on profite d’une superbe vue sur le lagon, les îlots, Nouméa et les montagnes au loin. Mais nous avons également adoré nous perdre dans les innombrables sentiers de randonnées qui sillonnent le parc, traversant ce que l’on appelle la « forêt sèche », c’est-à-dire une forêt tropicale de feuillus où se trouve un grand nombre d’espèces endémique. Tout le parc est d’ailleurs classé en aire protégé et fait l’objet d’un plan de gestion et de revalorisation.

Nous avons ensuite rejoint le centre de Nouméa le long de la promenade Pierre Vernier, allée de plusieurs kilomètres bordées de palmier s’étirant en serpentant le long du lagon cristallin et qui nous en a encore mis plein la vue !

Promenade Pierre Vernier

Ce tour de Nouméa fut beaucoup trop rapide à notre goût et cet article ne saurait donner une véritable idée de la ville. Les photos que nous vous proposons sont de plus toutes ternes car il avait fait gris toute la journée… Nous n’avons malheureusement pas pu y consacrer plus de temps ! L’explication au prochain épisode 😉

Si vous voulez être au courant des dernières news, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

 

7 réponses sur “Nouvelle-Calédonie – Nouméa”

  1. Coucou ma belle! Tu n’imagines pas comme cet article me touche… on devait rentrer en Juin pour 3 semaines et tu t’en doutes c’est partie remise, la maison me manque tellement. Merci pour cette douce parenthèse dans ma journée ❤

    J'aime

  2. C’est hyper mignon Nouméa dites donc ! Et j’aime bien ce côté « ouverture sur la nature »… La Nouvelle-Calédonie ait partie de mes idées de destinations professionnelles un jour, et ce que j’en lis ici me plaît bien. Merci pour le partage, et vivement la suite 😉
    Bon confinement et prenez soin de vous.
    Aurélie.

    J'aime

    1. Oui, c’est ce que je me suis dit en lisant ton dernier article sur la Réunion, la nature est définitivement plus présente que ce soit à la Réunion ou en Nouvelle-Calédonie qu’en métropole et une nature tellement belle ! Nous avons adoré le côté très préservé du tourisme de la Nouvelle-Calédonie, j’en parle plus dans un prochain article 🙂

      Aimé par 1 personne

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s