Tour du monde – Qui a-t-il dans nos sacs à dos ?

 

Nous sommes partis le 15 septembre 2018 pour un voyage d’un an et demi en Amérique du Sud, Océanie et Asie du Sud Est ! Nous vous tenons au courant de tous les préparatifs ici. Pour lire le début des aventures, c’est ici.

Déterminer ce dont nous aurons réellement besoin pendant 1 an et demi de voyage sans en oublier mais aussi, sans en prendre trop, n’est pas une mince à faire ! Il existe déjà des dizaines d’articles très bien écris et documentés (nous pensons notamment au site du tourdumundiste, qui nous a été d’une grande aide !) sur la question et notre intention n’est donc pas d’écrire un autre article technique de ce type. Nous aborderons donc simplement notre sac à nous, notre expérience et les questions que nous nous sommes posées, que vous avez peut-être aussi, et la façon dont nous les avons résolues !

Nos critères

Notre équipement est probablement le point de préparation qui nous a demandé le plus de temps et de recherche tant nos envies étaient contraintes. En effet, nous avions pas mal de critères :

  • le poids et la taille : notre souci principal ! Ayant pour objectif de faire le plus possible de trajets par des moyens terrestres (à pied, en stop, en bus, à dos de chèvres), il est hors de question pour nous de partir avec des bagages trop lourds et trop encombrants qui ne nous donnerons aucune envie de nous déplacer et nous fatiguerons trop vite ! Donc nous n’avions aucune intention d’utiliser les 23kg de bagages en soute autorisés par les compagnies aériennes. Nous nous sommes accordés sur à peu près 12kg de bagages, ce qui nous permet d’avoir un rajout possible de 3kg pour transporter de la nourriture ou de l’eau par exemple.

 

  • La qualité et la polyvalence du matériel : en 1 an et demi, nous allons traverser des climats très différents, été, hiver, pluies tropicales, chaleur étouffante et puis aussi des endroits très différents : forêts, montagnes, villes. Mais bien sûr, notamment pour le critère de poids et taille, il nous est impossible d’emporter l’équipement parfaitement adapté à chaque situation, au revoir donc la bonne veste d’hiver, les 3 paires de chaussures différentes ou la robe de soirée au cas où. Il nous faut donc que chaque chose dans notre sac soit à peu près adapté à des situations moyennes : des chaussures de marche pas trop lourdes pour la ville mais suffisantes pour randonner, des vêtements chauds léger et peu encombrants, des vêtements facilement lavables, du matériel solide.

Nous sommes partis du principe que nous louerons ou achèterons à prix réduits tout matériel plus spécifique qui pourrait nous être utile (nous espérons pouvoir skier par exemple, il nous faudra bien trouver pantalon, veste et gants quelque part !)

  • le prix : lorsque l’on commence à s’intéresser au matériel technique, on arrive très très vite dans des gammes de prix exorbitantes… nous ne voulions également pas partir avec du beau matériel flambant neuf et précieux que nous aurions trop peur de perdre. Nous avons donc essayé de trouver le maximum de choses d’occasion ou soldées et cela prend beaucoup plus de temps que de simplement se rendre dans un magasin et de tout acheter.

◊ Quel type de voyage ?

En même temps que nous nous posions ces questions, il fallait également que nous déterminions précisément le type de voyage que nous envisagions. Les premières questions que nous nous sommes posées ont concerné la nécessité de prendre une tente ? un réchaud ? un ordinateur ? un appareil photo ? On ne part pas du tout sur le même type de bagages selon que l’on envisage de dormir exclusivement en auberge ou chez l’habitant, si l’on compte randonner en itinérance, si l’on compte rester connecté etc.

Très friands de randonnées et de nuit à la belle étoile, nous sommes partis dans l’idée qu’il nous fallait une tente pour être aussi libres que possible de dormir n’importe où. Nous avons lu de nombreux récits de voyageurs partis avec la même idée que nous et ayant finalement laissé tomber leur tente, tant ils finissaient toujours par trouver une âme charitable prête à leur ouvrir leur porte. Peut-être que c’est ce qui nous arrivera aussi et nous n’excluons pas la possibilité de la renvoyer par la poste !

cropped-dsc008331.jpg

La randonnée, c’est important pour nous !

La nécessité du réchaud s’est imposée de la même façon. De plus, nous souhaitons pouvoir cuisiner le plus souvent possible par soucis d’économies, de plaisir et de régime !

Nous avons également longuement réfléchis à la nécessité de prendre un ordinateur, une tablette, un téléphone performant… finalement, comme nous souhaitons poursuivre l’écriture de ce blog et la réalisation de nos vidéos, nous avons opté pour un tout petit ordinateur 15″ trouvé d’occasion.

Je pense donc que pour savoir ce qu’il vous faut emporter et faut vous poser toutes ces questions : quels sont mes priorités à moi ? Comment est-ce que je compte me déplacer ? Où vais-je dormir ? Elles vous permettront de déterminer votre réel besoin et de ne prendre que ce qui vous sera utile ! Dans ce type de voyage, on évite d’emporter ce qui ne servira pas ! Il y a 1001 façons de voyager et tout autant de façon de faire son sac. Je pense aussi qu’il faut être conscient de son idée de départ et des possibilités d’évolutions que le voyage apporte et prendre en compte la possibilité d’avoir à laisser tomber certaines choses ou à s’en procurer de nouvelles.

◊ Le sac à dos

Pour toutes les raisons évoquées précédemment, nous n’avons même pas songé à prendre autre chose qu’un sac à dos (au revoir nos valises à roulettes !). Le choix du sac a été notre premier véritable achat de matériel dédié à notre tour du monde, c’était pour nous le symbole de la mise en route concrète du projet, en effet c’est cette simple poche de toile qui va contenir toute notre vie pendant 1 an et demi, c’était comme être des tortues et aller acheter une nouvelle carapace !

Nous avons donc opté pour :

  • Marie   : Sac Osprey 50 Litres
  • Clément : Sac Osprey 70 Litres

Nos sacs à dos sont différents en terme de volume car j’ai préféré la compacité du 50L, tandis que Clément a préféré la présence de poches supplémentaires sur le 70L. Mais nous pensons que le volume idéal d’un sac à dos pour ce type de voyage (ou pour les randonnées en général) est un 50L : ni trop petit pour transporter du matériel qui prends de la place (tente, duvet, etc), ni trop gros : pour éviter de vouloir le remplir et l’alourdir et se forcer ainsi à partir avec le minimum !

Avec ça, nous avons également chacun un petit sac à dos pour se promener léger lorsque nous pourrons déposer les gros sacs ! Clément a opté pour le Osprey Ultralight de 18L (qui est tout mou et se repli dans une poche) et moi pour un sac à dos Nh100 Quechua de 10L.

◊ Le matériel de camping

Comme je le disais plus haut, nous avons opté pour la tente suivante : MSR Hubba Hubba NX trouvée Au Vieux Campeur. Il s’agit de leur tente la plus vendue grâce à son grand confort (2 ouvertures, une forme de cathédrale assez haute), sa praticité (aucun risque de prendre la pluie, seulement 1 arceau qui se connecte en 2 secondes), mais surtout son poids : 1,7 kg ! Nous avons failli pousser le vice jusqu’à leur tente de la même catégorie de 900 grammes… mais cette tente n’est pas auto-portante (c’est-à-dire qu’elle ne peut pas tenir debout toute seule et doit être absolument tendue et piquée dans le sol), ce qui était un critère important pour nous qui avons fait l’expérience des campings où les piquets ne rentrent pas dans le sol et où la tente tient avec des pierres à chaque coins…

Son bémol : son prix, 350€, le prix à payer quand on veut du matériel efficace et léger en même temps…

Avec ça, nous avons chacun :

  •  1 petit matelas gonflable Quechua (le Forclaz Air, très légers et compacts, ils se gonflent en 1 min, se replient en 3, très pratique !)
  • 1 duvet : un 0° en duvet pour moi la frileuse (le Alpine LTK 800 de Millet) et un 5° en synthétique pour Clément (le Baïkal 750 de Millet)
  • 1 sac à viande (marque Quechua, un sac léger en soie pour dormir quand il fait trop chaud pour les duvets ou dormir en auberge)
  • 1 petit oreiller (le Air Pillow Imperial Mammut gonflable pour Clément, en tissus, Oreiller Confort Quechua de son petit nom et dans lequel on glisse des vêtements pour le bomber pour moi).

Nous avons également fait le choix de prendre une popote (Esbit en alu de capacité 2L) pour les raisons expliquées plus haut. Par contre, nous avons réussi à éviter le réchaud grâce à la trouvaille internet de Clément d’en fabriquer un à partir de canettes de coca ! On pourra vous expliquer en quoi ça consiste 😉

Avec ça, il nous faut encore :

  • 1 petite bouteille d’essence pour allumer le réchaud
  • 2 couverts en plastiques
  • 2 opinels
  • 1 ouvre-boîte
  • 2 briquets

Pour l’eau, sachant que nous ne pourrons pas nous trimballer notre eau potable achetée en bouteille en permanence, nous avons également :

  • des pastilles Micropur
  • 1 filtre paille WSP qui filtre l’eau directement !

Notre kit camping

Les vêtements et chaussures

Pour les vêtements, notre technique est la même que celle que nous vous présentions lors de la préparation de notre voyage en Norvège : l’oignon ! C’est-à-dire : avoir plusieurs couches de vêtements, chacune avec sa fonction et permettant de varier entre les besoins de chaleur ou de fraîcheur. Nous avons également opté au maximum pour de la laine de mérinos ! Il s’agit d’une laine de moutons dont le tissage très fin et serré permet à la fois une grande respirabilité, mais aussi de tenir très chaud si besoin ! Nous avons opté pour les marques HellyHansen, IceBreaker ou encore Décathlon qui a fait de très bons t-shirts juste avant notre départ, pour notre plus grand plaisir, pour les pantalons de randonnées, doudoune et vestes, il s’agit principalement des marques Salomon ou Décathlon.

Nous partons chacun avec :

  • 2-3 T-shirts en mérinos
  • 1 sous-pull mérinos
  • 2-3 paires de chaussettes mérinos
  • 5 culottes/caleçons
  • 1 soutient gorge, 1 brassière de sport
  • 1 legging mérino
  • 1 pantalon de randonnée léger (permettant de se couvrir sans avoir trop chaud, la chaleur étant apportée si besoin par le legging)
  • 2 shorts légers (ça, c’est juste pour moi)
  • 1 maillot de bain (servant également de short pour Clément)
  • 1 doudoune en plume
  • 1 pull léger
  • 1 veste de pluie/coupe-vent
  • 1 écharpe
  • 1 bonnet
  • 1 casquette

Nous partons tous les deux avec la même paire de chaussures, des Merrel MOAB 2.0 (basses pour Clément, montantes pour moi), qui permettent d’être tout terrain : mieux adaptées pour la ville que des chaussures de rando mais aussi mieux adaptées pour la randonnée que de simples baskets. Nous avons aussi une paire de tongs.

◊ Le matériel électronique

Nous partons chacun avec :

  • 1 téléphone choisi selon des critères d’autonomie, de robustesse et d’emplacements double-sim nous permettant d’avoir à la fois une carte sim de base qui ne bouge pas et des cartes sim locales
  • Un appareil photo (nous vous présentions nos 2 hybrides ici) choisis pour leur grande qualité et leur toute petite taille. Nous vous les présentions ici.
  • Une liseuse, parce que avoir de la lecture nous semble complètement essentiel !

Et nous partageons également un petit ordinateur de 15 pouces pour nous permettre de travailler à la fois sur ce blog mais aussi pour l’association l’Enfant@l’hôpital que nous vous présentions ici.

Avec ça, nous avons un adaptateur électrique qui fonctionne partout dans le monde et avec un double emplacement USB pour pouvoir recharger 2 choses en même temps. Nous partons également avec une flopée de cartes-mémoires sur lesquelles nous stockerons nos photos (en plus de les stocker sur un drive) et que nous enverrons par courrier chez nous afin de doubler la sauvegarde. Enfin, 2 clé USB de 128 gigas nous serviront de disque dur.

La trousse de toilettes et de secours

Notre trousse de toilette pour 2 :

  • 2 brosses à dent
  • 1 dentifrice
  • 1 bouteille 100 mL shampoing
  • 1 savon (qui sert également pour la lessive)
  • 1 petite brosse à cheveux
  • Des protections hygiéniques
  • Quelques élastiques à cheveux et pinces
  • 6 mois de lentilles mensuelles, quelques lentilles journalières et du produit
  • 1 tube de crème solaire indice 50
  • 1 stick de crème solaire pour aller dans l’eau
  • 2 serviettes microfibres
  • un petit tube de gel hydroalcoolique

Nous n’allons pas faire le détail exact de notre trousse de de secours, on pourrait faire un article rien que sur la question et il faut savoir que la constituer mais aussi la comprendre prends du temps ! Pour résumer et faire simple, nous avons :

  • Pour se protéger des moustiques et notamment du paludisme : de la Malarone en quantité suffisante, une moustiquaire, du produit anti-moustique pour la peau et un autre pour imprégner les tissus
  • Pour les maux d’estomac et d’intestin : un panel de médicament différents (anti-nausée, diarrhée, etc)
  • 2 antibiotiques pour traiter les infections qui durent
  • Du paracétamol
  • Pansements, compresses, sutures adhésives
  • 1 petit savon spécial désinfection (différent du savon quotidien)
  • De la biafine

Documents importants :

Et nous n’oublions pas bien sûr les documents importants et leur photocopie :

  • Passeports
  • Permis internationaux
  • Carnets de vaccination (qui a failli être oublié à la dernière minute !)

Les autres bricoles

Enfin, voici la liste de tout ce qui ne rentrait pas dans les listes précédentes :

  • Des boules quiès
  • 2 cadenas
  • 2 baladeurs mp3
  • 1 carnet et 2 stylos
  • 1 boussole
  • 1 bombe au poivre
  • 2 lampes frontales
  • 1 pied photo
  • 2 paires de lunettes de soleil

Et puis aussi, nos ukulélés !! Et un petit carnet avec déjà quelques chansons, leurs paroles et leurs accords.

Pour la répartition du poids, nous avons simplement divisé en 2 le matériel commun (tente, réchaud, popote, ordinateur, trousse de pharmacie), puis chacun porte son matériel personnel. Nous avons dû laisser tomber un certain nombre de produits qui peuvent sembler essentiels (et surtout pas si lourd que ça) au premier abord mais qui au final, en les additionnant tous peuvent former près de 1kg de matériel supplémentaire ! Nous pensons par exemple au déodorant, à la crème hydratante, à une robe de plage etc… Au final, nous nous en tirons chacun avec des sacs d’un peu plus de 12 kg (ce qui est déjà bien assez lourd…).

Nous avons également compartimenté nos sacs en rangeant tout dans des pochettes de protections transparentes, ce qui permet de le vider et le ranger plus rapidement !

Prêts au départ !

N’hésitez pas à réagir pour nous raconter quels sont vos indispensables de voyages à vous, comment vous voyez les choses pour éviter de partir avec toute sa maison et si vous avez des conseils ou astuces pour nous également ! Nous attendons vos avis avec impatience !

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Et bon voyage !

8 réponses sur “Tour du monde – Qui a-t-il dans nos sacs à dos ?”

  1. Ca doit être un travail monstre de réfléchir aux bagages et à les constituer ! C’est intéressant de voir comment vous avez réfléchi à tout ça. Et alors, après quelques semaines, est-ce que vous vous êtes rendus compte que vous aviez oublié quelque chose ? ^^

    J'aime

    1. Pour l’instant non, c’est plutôt l’inverse, on se rend compte que l’on ne peut surtout se déplacer que de villes en villes et donc notre matériel de camping est totalement inutile ^^ On se demande si on ne va pas le renvoyer !

      Aimé par 1 personne

  2. Je pars bientôt pour une toute autre sorte de voyage et cet article me permet de mettre en perspective le contenu de ma valise (qui fera très certainement exactement 23kg !) ; tour du monde ou pas, ai-je vraiment besoin de l’ensemble des choses que je prévois d’emmener ? ^^ Petit ou grand voyage, préparer les bagages c’est souvent le moment des grands questionnements 🙂

    J'aime

    1. Oui effectivement, tu ne pars pas du tout pour le même type de voyage que nous et je comprends très bien la valise de 23kg pour le coup, surtout si au final, tu es posée, et tu n’auras pas besoin de la porter beaucoup ! (Je n’aurais pas dit non à avoir 1 ou 2 robes par exemple mais bon, le strict minimum, c’est le strict minimum ^^). Et c’est clair, rien que pour partir 1 week-end, j’ai toujours peur d’oublier quelque chose, alors n’en parlons pas pour un grand voyage !

      J'aime

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s