Chili – Budget !

Le Chili fut une étape véritablement importante de notre voyage car il nous aura fallu près de 44 jours pour le traverser entièrement du nord au sud, auxquels s’ajoutent 10 jours que nous avons passé entre Santiago et Valparaiso à notre retour de l’île de Pâques et avant notre départ pour la Nouvelle-Zélande, soit 54 jours au total. Nous mettons notre budget pour l’île de Pâques volontairement à part (bien que l’île soit également chilienne !), car le coût de la vie entre l’île et le continent (mais aussi nos habitudes) ne sont pas comparables ! Le budget pour l’île de Pâques fera donc l’objet d’un article séparé, ce qui nous permettra de plus de donner des conseils plus précis !

Ile de Chiloé

Le Chili a également marqué une importante transition pour nous. De nombreux voyageurs nous avaient prévenus qu’il faudrait certainement faire plus attention à nos économies dans ce pays, mais nous ne nous y attendions pas à ce point ! En effet, nous y avons retrouvé des prix autant, voire plus élevés qu’en France ! Pour prendre la défense du Chili, il faut dire aussi que nous avons débarqué au plein milieu des vacances d’été (de janvier à février) et nous avons pu voir dans les endroits les plus touristiques qu’une nette différence de prix s’appliquait selon la saison (ce qui se fait dans beaucoup d’autres pays d’ailleurs). Il nous a fallu donc complètement réadapter notre façon de voyager : plus question de prendre le bus, d’aller au restaurant ou de prendre des chambres d’hôtel privées, place à un peu plus de débrouillardise pour faire des économies !

Cerro Castillo

Attention, nous ne nous plaignons certainement pas que le pays était trop cher ! Nous aimerions faire un point là-dessus car nous nous sommes rendus compte que nous ne partagions pas du tout le point de vue souvent adopté de « ce pays est trop cher, c’est l’arnaque, etc. ». Beaucoup de gens se plaignent de devoir payer un plat au restaurant une vingtaine d’euros alors qu’ils paieraient exactement le même prix en France sans se poser de question ! Le fait qu’il existe des pays qui, en tant que touriste, peuvent coûter très peu cher (comme la Bolivie) n’est pas quelque chose qu’il faut souhaiter. Cela veut dire que ses habitants vivent avec très peu et sont pourtant mis économiquement en concurrence avec le reste du monde (pour l’éducation, la santé, les loisirs, etc.). Ils vont donc être une main d’œuvre peu onéreuse et facilement exploitable pour que des pays plus riches réalisent du profit, tout en se faisant piller leurs ressources à vil prix (c’est la minute politique !). Ainsi, nous préférons insister sur le fait que le Chili fut un pays cher pour NOTRE budget.

En 54 jours, nous avons dépensé au total 2694 €, soit une moyenne de 50 € par jour. (Toutes les sommes sont données pour 2 à chaque fois !). Nous avons légèrement dépassé notre budget de départ (qui est de 45 € par jour pour 2), mais nous sommes tout de même assez contents de ce résultat : nous avons le sentiment d’avoir limité les frais au maximum tout en s’accordant de très belles choses, comme cette croisière au sud de l’île de Chiloé pour rejoindre la Patagonie ou encore nos 4 jours de location de voiture pour découvrir l’île de Chiloé. Voici un aperçu de nos dépenses !

Nous sommes partis le 15 septembre 2018 pour un voyage d’un an et demi en Amérique du Sud, Océanie et Asie du Sud Est ! Voici notre récit au Chili. Pour lire le début des aventures, c’est ici.

◊ Transport

Avec 825 € dépensés au total, soit 15,3 € par jour, le transport est notre deuxième poste de dépense ! Pourtant, comme nous l’avons raconté dans nos diverses « Nouvelles de l’auto-stop », nous avons essayés de limiter au maximum ces frais ! Nous avons démarré le stop au Chili car nous en avions envie depuis un petit moment et ce pays nous semblaient relativement « facile » pour nous y lancer. Au début, il s’agissait donc surtout d’une expérience sympa que nous ajoutions à notre voyage. Mais en découvrant les prix pratiqués au Chili et notamment ceux concernant le transport, ce fut un peu la douche froide et nous avons compris que le stop allait passer de simple plaisir à être une nécessité si nous voulions pouvoir nous déplacer ! Au Chili, nous avons dit au revoir aux trajets de 15h de bus pour 15 € dans des bus grand luxe que le Pérou nous avait fait découvrir, et nous sommes plutôt revenus à des prix de l’ordre de 40-50 € pour des trajets de 8h (ce qui reste bien moins cher qu’en France tout de même, mais toujours pas abordable pour nous !).

Au sud !

Ainsi, nous avons privilégié le stop chaque fois que c’était possible et que nous en avions l’envie et la motivation, afin que cela  reste un plaisir. Nous ne nous sommes pas privés par ailleurs pour nous payer 3 fois un bus pour les trajets très longs que nous souhaitions faire plus vite, ou lorsque le stop ne marchaient pas.

Nous avons réalisé les trajets suivants :

  • En bus : Santiago –Pucon (30 € par personne), Puerto Montt – Quellon (3,5 € par personne), Villa Cerro Castillo – Puerto Rio tranquilo (9 € par personne)
  • En bateau : Quellon – Coyhaique (45€ par personne)
  • En avion : Punta Arenas – Santiago (41 € par personne). Nous ne pensions pas du tout prendre l’avion en Amérique du Sud, privilégiant le bus, plus lent, économique et écologique. Toutefois, nous nous sommes rendu compte que le trajet nous permettant de revenir du sud du Chili jusqu’à Santiago (3000 km) allait être trop long et fastidieux et surtout 2 à 3 fois plus cher qu’en avion… du coup, nous avons capitulé pour cette fois ! Les prix des vols internes au Chili et en Argentine peuvent être très très attractifs, n’hésitez pas à vous renseigner.

Traversée des fjords en bateau

Nous avons également loué une voiture pendant 4 jours sur l’île de Chiloé, ce qui nous est revenu en tout (location, assurance, essence et péage) à 295 € soit 74 € par jour.

♦ Un mot sur l’auto-stop

Le stop au Chili est vraiment très facile en général ! Ce n’est pas du tout un moyen de transport marginal puisque tous les chiliens semblent l’accepter et en faire parfois eux-même. Même s’ils ne peuvent pas toujours nous prendre, les conducteurs ne manquaient jamais de faire un petit signe « désolé », ou expliquant qu’ils ne vont pas très loin, pour s’excuser. Les distances entre 2 villes, souvent très longues, permettent d’avancer très vite en une seule fois et parfois de faire 800 km avec le même camion comme cela nous est arrivé au nord du Chili. Nous avons parfois vu dans une seule et même journée des dizaines d’auto-stoppeurs au bord de la route, donc on ne se sent pas du tout seul dans sa « galère » ! Ce qui est aussi un peu la contrepartie, c’est que le stop est peut-être justement un peu victime de son succès !

Sur la Carretera Austral, cette fameuse route si réputée pour être réalisée en stop : cela se fait bien oui, si on a quand même du temps devant soi ! N’imaginez pas que vous allez faire 500 km en une journée pour le coup, il y a beaucoup moins de passage, beaucoup d’auto-stoppeurs et peu gens faisant de grandes distances.

◊ Repas

Comme pour tout le reste, nous avons retrouvé des prix dignes des prix européens, il n’était donc plus du tout question pour nous de manger au restaurant ! Finis les petits menus de cantine à 3€ et place à un peu plus de cuisine-maison ! En très grande majorité, nous avons cuisiné par nous-même dès que nous trouvions une cuisine disponible (c’est-à-dire à peu près tout le temps). Pas de soucis pour trouver de tout dans les supermarchés, c’est vraiment comme chez nous ! Du coup, nous n’avons pas vraiment eu l’occasion de tester les spécialités culinaires chiliennes ! Les seules choses que l’on peut dire que l’on a testé sont les completo, les hot-dogs chiliens à base de purée d’avocat que l’on trouve partout et qui ont constitué notre repas de secours, et les fruits de mer ! Comme on vous le racontait ici, nous avons découvert que les fruits de mer et le poisson était très peu cher, local et surtout très très bon ! Du coup, cuisiner des coques ou un simple pavé de saumon devient une expérience incroyable !

Les coques de Puerto Montt !

Pour les repas, nous avons donc dépensé 653 € au total, soit 12,10 € en moyenne par jour !

Par le fait que nous ayons beaucoup plus cuisiné, nous avons eu l’impression de nous faire un peu plus plaisir que par le passé où nous limitions les petits plaisirs au maximum. Nous avions peut-être aussi un peu moins le regard sur notre porte-monnaie maintenant que nous savons comment cela se passe pour gérer notre budget et peut-être aussi que nous en avions besoin ! Et puis, acheter quelques ingrédients pour cuisiner un gros gâteau au chocolat-maison paraît moins être un extra qu’acheter une seule pâtisserie à la boulangerie 😉

J’ai retrouvé cette photo de El Calafate et de notre super gâteau au chocolat !

◊ Hébergement

Pour les hébergements, cette fois, il a fallu être un peu plus créatifs comme vous pouvez le voir ! Nous avons essayé de faire le maximum de campings possibles, souvent l’option la moins chère puisque les prix varient entre une dizaine et une quinzaine d’euros par personne (sauf au camping de la Serena, où on nous a proposé une nuit à 33€… nous avons trouvé le lendemain un airbnb moitié-prix !). De plus, une fois en Patagonie, les parcs nationaux et les possibilités de dormir en pleine nature font légion pour notre plus grand plaisir !

Camping sauvage à Coyhaique

Par « camping sauvage », nous voulons parler par exemple de nos 4 nuits sur l’île de Chiloé où nous avons posé la tente sur la plage, dans un champs, etc, dès que nous trouvions un endroit tranquille. A savoir que le camping sauvage est autorisé au Chili sur les terrains public ! (C’est quand même toujours nécessaire d’aller demander l’autorisation si vous campez sur un terrain privé bien sûr).

Ile de Chiloé

Dans les grandes villes ou les endroits très touristiques, nous avons toujours trouvé des auberges de jeunesse sans problème et il était souvent possible de réserver en avance via booking, par exemple. A Santiago et à Valparaiso, nous nous sommes tournés vers Airbnb pour réserver une chambre chez l’habitant car nous n’y trouvions pas notre compte niveau auberge (trop chère, ou alors pas du tout confort en comparaison à Airbnb).

On est pas mal !

Par contre, dans les petites villes ou dans les endroits plus reculés, nous trouvions rarement des auberges et internet ne nous était plus d’aucune aide ! Nous nous sommes alors tournés vers les chambres d’hôtes (les hospedajes) en allant simplement frapper aux portes des petites maisons avec une enseigne et comparant sur place nos possibilités. Cela permet aussi de négocier les prix 😉 En général, une nuit dans un hospedaje coûte 25 € par personne.

Petit hospedaje à Villa Cerro Castillo

Petite astuce : nous avons de temps en temps réussi à négocier pour ne payer qu’un seul lit pour 2 dans les hospedajes ou les hôtels ! Il faut savoir que les lits simples sont bien souvent très larges (1m50 de largeur !), donc cela reste très confortable ! Cela ne fonctionnait pas à tous les coups, on nous a souvent refusé, mais de temps en temps, ça permet d’économiser quelques sous sans grands efforts !

Pour ceux qui se poseraient la question : ça se fait de dormir à l’aéroport de Santiago ! Nous n’étions absolument pas les seuls à le faire ! On trouve des bancs qui permettent de s’allonger dans certains endroits. En revanche, ce ne sera pas la nuit la plus calme de votre vie 😉

A l’aéroport de Santiago

Nos hébergements nous sont revenus à 891,5 € en tout, soit 16,5 € par nuit en moyenne.

◊ Cadeaux

Pour les cadeaux, nous n’avons dépensé que 14 € en tout (soit environ  25 centimes par jour). Encore une fois nous avons été très raisonnables sur les cadeaux pour l’éternel raison du problème de poids et de place dans nos sacs ! Nous nous sommes limités à des cartes postales, des stickers pour coller sur notre ordinateur et 2 bracelets.

Quoi qu’il en soit, nous n’avons pas trouvé « l’offre » côté souvenir hyper intéressante, notamment car nous avons surtout eu l’impression de retrouver les mêmes pulls que l’on voyait partout en Bolivie et au Pérou et que tout le monde finit par porter… pour 3 fois le prix !

Puerto Natales

◊ Les autres trucs

La catégorie « autre » correspond à tout ce qui ne rentre pas dans les autres (logique !). Il s’agit des visites payantes, des achats utiles, etc. Pour le Chili, cela correspond surtout à de l’achat de matériel et à quelques visites. Côté matériel, nous avons dû acheté un nouveau duvet pour Clément lorsque nous sommes arrivés à Coyhaique en Patagonie. En effet, il n’utilisais alors qu’un duvet en synthétique 5° mais dans lequel il devait dormir avec toutes ses couches de vêtements pour avoir chaud. Il a finit par céder et est passé à un duvet 0° en plume, qui était plus confort ! Eh oui, bien que ce fut l’été, les nuits sont fraîches en montagne ! Avant de repartir du Chili, nous avons également profité du Décathlon de Santiago (c’est quand même plus simple quand on connait une marque ^^), pour s’acheter quelques vêtements (pantalon de randonnée, chaussettes en mérino, etc.) en remplacement des nôtres qui, à force d’être mis jour après jour depuis 6 mois, s’étaient bien usés !

Il faut dire qu’on leur en fait voir de toutes les couleurs !

Côté visites/activités, nous nous sommes offerts 2h de surf à la Serena (26€ pour 2), la randonnée au parc du Cerro Castillo (entrée du parc national à 30€ chacun), les caves de marbres de Puerto Rio Tranquilo (26 € pour 2) et l’entrée du parc des manchots royaux (32 € pour 2). Nous avons évité les sorties trop onéreuses comme le parc de Torres del Paine.

Nous avons dépensé en tout pour cette catégorie 527 €, soit 9,7 € en moyenne par jour.

Si vous voulez être au courant des dernières news/voyages/bêtises, n’hésitez pas à vous inscrire sur notre page Facebook !

Bonne route !

4 réponses sur “Chili – Budget !”

  1. Superbe article, j’aime beaucoup suivre votre voyage. Le stop et camping sauvage font écho à mon voyage en Géorgie même si apparemment c’est meilleur marché ici, mais on fait de belles rencontres ainsi et le voyage devient complètement différent ! Bonne suite de voyage !

    J'aime

  2. Ah, le Chili… Je crois que c’est l’un de mes pays préférés. Je te rejoins sur l’histoire des « pays chers » ; les conditions de vie des habitants dans les pays où le coût de la vie est très bas sont souvent peu enviables. Et comme tu le dis, même dans les « pays chers », il y a souvent moyen de s’arranger pour ne pas trop dépenser quand même… C’est juste qu’on y fait moins d’extras 😉
    Profitez bien et bonne poursuite de vadrouille !
    Bises,
    Aurélie.

    J'aime

    1. Merci beaucoup Aurélie, je suis contente que tu partages ces réflexions ! Cela me perturbait beaucoup d’entendre autant de gens se plaindre que tout était trop cher alors que je n’ai pas trouvé non plus les prix tellement différents de ceux que l’on a chez nous !

      J'aime

Tu me racontes un truc ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s